C’est dans le décor intimiste et chaleureux du Sacrilège que l’artiste de la ville de Québec Hélène Matte a fêté, vendredi dernier, le lancement de son livre-DVD Lever du jour sur Kinshasa. Rencontre avec une artiste… dispersée.

La multidisciplinarité d’Hélène Matte est omniprésente dans sa vie artistique, mais aussi dans sa vie privée. Capable de s’occuper de son bébé tout en répondant aux entrevues, l’artiste et mère multi tâches mérite bien son titre de touche-à-tout. Son voyage à Kinshasa (République démocratique du Congo) en est la preuve parfaite. «À la base, je suis allée rejoindre mon amoureux. J’avais emporté une enregistreuse car je voulais prendre des sons d’Afrique. J’avais en tête un projet sonore, mais comme j’avais déjà réalisé un disque, je ne voulais pas que ça se limite à ça. Donc, j’y ai ajouté mes dessins et des poèmes écrits à la suite de ce voyage.»

Alliant textes et courts-métrages à saveurs politique, sociale et intimiste, Lever du jour sur Kinshasa suit pourtant une ligne directrice du début à la fin : l’aspect ludique. «J’essaie de combiner l’aspect ludique avec la politique, l’intimiste et le social. Par exemple, dans Les moustiques, une comptine très connue en République Démocratique du Congo, on voit un enfant qui chante. La tête des moustiques autour de lui est remplacée par des figures d’hommes politiques congolais, dont Mobutu [président et dictateur à la tête du pays pendant plus de 30 ans]. En finalité, c’est très impressionniste, mais réaliste en même temps», explique Hélène Matte.

Son choix d’envoyer Lever du jour sur Kinshasa à la maison d’édition Planète rebelle lui paraissait logique. En effet, cette compagnie montréalaise se spécialise dans les œuvres mélangeant littérature et oralité. «J’aimais ce qu’ils faisaient. Ils ont l’habitude de publier des livres-CDs et aussi des super poètes, comme Fred Pellerin. C’est la première maison d’édition à qui j’ai envoyé mon livre-DVD et je suis contente d’être publiée chez eux», avance-t-elle.

Maintenant que son livre-DVD est lancé, comme il n’est pas difficile de l’imaginer, Hélène Matte a plein d’idées pour lui donner une seconde vie. «Ce lancement marque le début de l’indépendance de l’œuvre, c’est la conclusion. Il est temps que je passe à autre chose et j’ai plein de projets. J’aimerais participer à plusieurs festivals au Québec, mais aussi dans le Canada anglophone. C’est pour cette raison qu’il y des traductions en anglais de chacun des poèmes. J’ai aussi le projet d’envoyer le livre-DVD aux personnes que j’ai rencontrées à Kinshasa», conclut l’auteure.