C’est dans une volonté de partager leurs racines nordiques communes que le groupe traditionnel québécois Le Vent du Nord s’est associé au trio scandinave Väsen pour une tournée d’abord en Suède, puis au Québec. Ils étaient de passage dans la Capitale dimanche dernier au Théâtre Petit Champlain. 

Ariane Tapp 

Vent du NordAprès une courte présentation par Nicolas Boulerice, c’est le groupe suédois Väsen qui a ouvert le spectacle d’après-midi. Ce fut l’occasion pour nombre de Québécois de voir pour la première fois un nyckelharpa, violon suédois à touches tenu comme une guitare ( Wikipédia est votre ami ) ! Le nyckelharpiste Olov Johansson était accompagné à la guitare par Roger Tallroth et à l’alto à cinq cordes par Mikael Marin. Les trois amis nous ont joué des pièces traditionnelles ainsi que des morceaux plus anciens du temps du botaniste suédois Carl Linnaeus ( 1707-1778 ). Johansson a fait l’effort de parler français plusieurs fois, sous les applaudissements et les rires de la foule, surtout lorsqu’il a voulu répéter « forgeron », mot qu’il ignorait et a demandé au public. Son acolyte guitariste a compté sur notre bonne compréhension de l’anglais. Le Vent du Nord s’est joint à Väsen pour finir la première partie en beauté. Le son des sept instruments ensemble était magistral. Le trio scandinave a même essayé de chanter des paroles en français.

Comme Boulerice avait présenté Väsen en français, Johansson a présenté Le Vent du Nord en suédois ! Nicolas Boulerice à la vielle à roue et au piano, Réjean Brunet à l’accordéon et à la basse, Olivier Demers au violon et Simon Beaudry à la guitare nous ont offert quelques morceaux de leurs plus récents disques, dont Tromper le temps, qui a gagné le Grand prix de l’Académie Charles-Cros dans la catégorie des musiques du monde. Alors que Väsen ne jouait que des pièces instrumentales, le groupe québécois a alterné entre ces dernières et les chansons traditionnelles. Une des plus belles fut celle offerte a capella par les quatre musiciens. Väsen est remonté sur scène pour les dernières pièces, dont Lanlaire, à laquelle le public a été sommé de participer. On nous mettait au défi d’être meilleur que Lévis !

Après un rappel commandé par une ovation générale, deux hommes dans la salle ont clamé en suédois un mot qui voulait sans doute dire « encore ! » C’est grâce à eux qu’on a eu droit à un second rappel, pour lequel les gars du Vent du Nord ont sorti des feuilles. Il s’agissait des paroles d’une chanson… en suédois! Même après plusieurs refrains, difficile pour la foule de l’entonner à la demande semi-sérieuse des musiciens. Ce sont des spectateurs ravis qui sont sortis dans les rues du Théâtre Petit Champlain ce soir-là. Ils venaient d’assister à un spectacle qu’on ne voit pas tous les jours !