Layout 1Si l’auteur canadien Andrew Kaufman ne vous a pas déjà séduit par son premier roman Minuscule, mignonne fable à la frontière du réel, il réussira certainement à vous convaincre de son talent grâce à l’histoire d’amour qui l’a fait connaître, Tous mes amis sont des superhéros, nouvellement parue aux Éditions Alto.

Ce court texte de 130 pages raconte l’histoire de Tom, jeune homme tout à fait normal qui vit sa vie entouré de superhéros. Il n’a pas de pouvoirs, mais n’en a jamais fait de cas. Jusqu’au jour de son mariage avec Super-Perfectionniste, la superhéroïne idéale pour lui. Une fois leurs vœux prononcés, Tom devient invisible aux yeux de sa propre femme alors que toute l’audience continue de le voir. C’est l’ancien amant de Super-Perfectionniste, Super-Hypno, qui, rongé par la jalousie, hypnotise cette dernière pour qu’elle ne voit plus son nouveau mari.

Pendant des jours, des semaines et des mois, Tom tente tant bien que mal de prouver à sa douce moitié qu’il est toujours à ses côtés, mais elle ne le voit toujours pas. Patiente, elle attend chaque jour que son mari disparu revienne la chercher. Six cents cigarettes plus tard, Super-Perfectionniste décide qu’elle en a assez et décide de s’exiler vers Vancouver. Tom panique ; il sait qu’il doit à tout prix réapparaître avant que Super-Perfectionniste pose les pieds dans sa nouvelle ville d’accueil; sinon il la perdra à jamais. Désespéré, aidé par son ami Super-Amphibien, il tente par tous les moyens de redevenir visible, mais rien n’y fait. Le mystère reste entier jusqu’à la dernière page : Tom le gars ordinaire réussira-t-il à trouver l’extraordinaire façon de reconquérir l’amour de sa vie ?

Encore une fois, Kaufman prouve qu’il est possible de produire un livre de qualité en moins de 150 pages. Joliment illustré des dessins de Pishier, Tous mes amis sont des superhéros donne l’impression d’être un livre pour enfants, même si c’est une histoire de grands. Rempli d’humour, d’amour et d’un nouveau superhéros à chaque détour, ce livre plaira à quiconque posera les yeux sur la page couverture. Ce roman express est une vraie partie de plaisir et l’histoire de Tom est le prétexte parfait pour rire de nos meilleurs défauts et de nos pires qualités. Au fil des pages, Andrew Kaufman réussit à nous faire comprendre qu’au fond, nous sommes peut-être plus super qu’on nous le laisse croire. Du coup, une fois le roman terminé, il ne vous restera plus qu’à vous trouver le parfait nom de superhéros. Sachez toutefois que le titre de Super-Écrivain est déjà réservé pour Andrew Kaufman, qui l’a amplement mérité, vous en conviendrez. Bonne superlecture !

Jessica Pineau