L’audience bouillait d'envie que le rideau se lève. Une soirée à caractère érotique, laissant l’imagination errer du côté plus charnel de l’être humain, leur avait été promise. Ils attendaient, fiévreusement, ces danses lascives.

Le lourd velours rouge, se retirant voluptueusement, tel un maître d’arène, a révélé un duo coquettement flambé : Flaming Lips et Coco Volcano. Les deux demoiselles, jouant avec des sphères embrasées, ont assurés une chaude mise en bouche.

S’enfilèrent une suite de prestations assez éparses, sans fil conducteur autre que la légèreté des tenues. Originaux, chacun avait adopté un concept.

Lady Stawberry s’est convertie en tavernière, proposant un cabaret bavarois, avec ses mâles blondinets désirant goulument davantage tremper leurs lèvres dans autre chose que les chopes de bières.

Puis, Goldie Champagne a incarné la mort de Marylin. Clin d’œil à cette égérie de beauté, l’exubérance-même du glamour, l’incarnation de la luxure. Le tout s’est conclu par une pluie de plumes opalescentes laissant l’imagination vagabonder aux bras de Morphée.

Certains numéros étaient plus ludiques. Tel fût le cas de la résurrection de la momie par Bambi Balboa ou encore celui de l’Abeille butineuse par Laura KandRoll.

Il n’en reste pas moins que je lève mon verre à Suzie RoadKill  qui a hypnotisée la foule avec sa  danse du cobra. Des paillettes sortaient de ses crochets vénéneux et ses courbes vous envoûtaient.

Seul bémol, les numéros avaient une chose en commun : ils étaient tous trop courts. À peine avait-on le temps de s’imprégner de l’ambiance proposée, de se prêter au jeu, de s’imaginer pouvoir prendre part à cette partie de plaisir, que l’animateur revenait sur scène tel un chaperon…

Une musique de crooners, un fond jazzy, l’envie de balancer la tête par derrière, de laisser vos cheveux tomber sur votre silhouette cambrée, une tulipe de cognac à la main, certains ont laissé libre cours à leur imagination durant cette soirée qui s’est terminée sur des airs de rockabilly.

Vaguement a-t-on laissé deviner qu’il pourrait y avoir une version de ce cabaret en l’honneur de la nativité… Qui sera de la partie?