Ariane Moffatt – Petites mains précieuses

Pour ce sixième album en carrière, la reine de la pop intellectuelle québécoise nous offre un ensemble plutôt bigarré et, somme toute, audacieux. L’opus qui s’est construit autour de la naissance du troisième enfant de l’artiste offre tantôt des mélodies dansantes et accrocheuses, tantôt des ballades plus sobres, voire sombres. Au rayon des sonorités entraînantes, notons l’incursion en territoire disco de la chanson Pour toi, l’univers électro nocturne et fêtard de ONO et les synthétiseurs rétro de Cyborg.

C’est toutefois dans ses pièces aux élans mélancoliques que la pertinence de l’auteure-compositrice-interprète se révèle avec le plus d’aplomb. Parmi les titres les plus réussis de l’album, la sombre et sensuelle Pneumatique noir  se distingue tout particulièrement par la profondeur de son écriture. La basse omniprésente de N ‘attends pas mon sourire en fait un efficace ver d’oreille, tandis que Du souffle pour deux , chanson empreinte d’une tendresse maternelle que l’on perçoit dans la douceur de la voix, est singulièrement touchante .

En somme, Petites mains précieuses fait la preuve une fois de plus qu’Ariane Moffatt, avec son écriture imagée et ses rythmes obsédants, mérite pleinement son statut d’artiste d’exception dans le paysage musical québécois.

Helena Deland – From the Series of Songs « Altogether Unaccompanied » Vol III & IV

Ces deux nouvelles courtes séries de chansons font suite aux volumes un et deux parus plus tôt cette année et au EP de quatre chansons Drawing Room paru en 2016. Si Helena Deland, originaire de Québec et évoluant aujourd’hui du côté de Montréal, se laisse découvrir au compte-gouttes par le public, elle le fait avec intention, dévoilant savamment une musique et surtout des textes que l’on devine longtemps travaillées. Avec sa voix aérienne, elle nous transporte dans un monde onirique, un univers à l’aura féminin fort. Celle qui pourrait se réclamer d’une longue lignée de femmes ayant marqué la musique folk, reste toujours fidèle à elle-même, en présentant des chansons résolument personnelles et intimes.

Réalisés avec l’aide de son acolyte Jesse Mac Cormack, avec qui elle travaille depuis quelques années maintenant, ces deux mini-albums où l’on retrouve cinq chansons au total, demandent une écoute attentive pour capter toute la beauté de ce que l’auteure-compositrice-interprète a à offrir. Parmi ses nouvelles chansons, qui nous ont toutes conquises à leur manière, soulignons le son d’une autre époque de Two Queries et le beat hypnotisant de Claudion.

On ne peut qu’encourager les mélomanes à découvrir l’ensemble de l’œuvre d’Helena Deland, voix singulière de sa génération. Et on reste bien sûr à l’affut pour la suite qui s’annonce enthousiasmante…

Salomé Leclerc – Les choses extérieures

À 31 ans, Salomé Leclerc a déjà une très belle feuille de route avec de nombreux prix à son actif et un succès critique tant au Québec qu’en Europe où elle a d’ailleurs fait quelques tournées. Ce troisième album, qui fait suite à 27 fois l’aurore paru en 2014 et Sous les arbres en 2011, est donc en quelque sorte l’occasion pour l’auteure-compositrice-interprète d’assoir sa réputation et de se faire connaître d’un encore plus large public.

Si l’écriture est toujours aussi juste et la musique aussi savamment exécutée et arrangée, on ne peut pas dire que les mélodies de ce nouvel opus soient particulièrement accrocheuses.

Des pièces ressortent toutefois du lot : Nos révolutions avec son énergie rebelle quasi- adolescente et sa chute originale, contrastante par sa lenteur, Des plumes et des ombres qui, comme le laisse présager son titre, alterne entre légèreté et lourdeur, et la pièce d’ouverture de l’album Entre ici et chez toi, peut-être la plus « accessible » de l’album avec son rythme captivant, sont de beaux exemples de ce que cet auteure-compositrice-interprète, multi-instrumentiste et réalisatrice (oui, tout ça!) a à offrir.

Dommage qu’une certaine redondance rende l’écoute de l’ensemble de l’album lassant.