L’océantume met en scène le personnage d’Iode Ssouvie, une jeune rebelle carencée, qui se lie d’amitié avec Asie Azothe, une belle blonde bien éduquée. Ensemble, accompagnées du frère d’Iode, ils planifieront un voyage vers le bout du monde. «À travers le spectacle, on voudrait donner aux jeunes le désir de sortir du quotidien et de concrétiser leurs rêves», confie la comédienne Anne Trudel.

L’adaptation du metteur en scène, Sylvain Scott, a été réalisée en étroite collaboration avec ses concepteurs. «Avant même d’avoir écrit une seule ligne de texte, avant d’avoir choisi les comédiens, j’ai rencontré les concepteurs pour partager nos visions et nourrir le processus de création», a-t-il partagé lors d’une discussion avec le public après la représentation.

La grande force du spectacle réside d’ailleurs dans l’environnement visuel et sonore et dans la grande justesse d’interprétation des quatre interprètes, beaucoup plus que dans l’écriture narrative souvent trop poétique. La costumière, Linda Brunelle, a fait un travail formidable pour créer un univers fantastique riche en symboles. La scénographie est également d’une grande efficacité pour suggérer les nombreux lieux de l’action.

Trois des comédiens sont de jeunes adultes qui se glissent avec une facilité désarmante dans la peau de ces adolescents intenses et passionnés. En entrevue avec Impact Campus, la comédienne Marie-Claude Guérin raconte: «En audition, je crois que c’est notre fond d’ado et notre énergie qui ressortaient. Ça a rendu le choix facile, presque instinctif.»

Le bémol demeure vraiment au niveau de l’histoire qui semble s’effriter à mesure que la pièce avance. On ne saisit plus très bien toutes les péripéties qui s’empilent les unes par-dessus les autres sans vraiment faire avancer le récit. Un admirable silence s’installe dès le début du spectacle et demeure ininterrompu jusqu’aux applaudissements. Est-ce signe que le public, constitué majoritairement de pré-adolescents, était happé par l’histoire qui se déroulait devant lui? Ou bien qu’il n’en saisissait pas très bien le contenu, ce qui expliquerait l’absence de réaction? Va savoir.

Crédit photo : Courtoisie spinprod.com