En première partie, la Néo-Brunswickoise Babette Hayward a réchauffé le public avec des ballades folk non sans rappeler la charmante Laura Marling. Sa voix chaude et ses timides interventions en français ont immédiatement séduit les spectateurs. Une artiste talentueuse à surveiller.

Kim Churchill est arrivé sur scène sous un tonnerre d'applaudissements, le sourire aux lèvres. Après avoir salué la salle avec un « Bonsoir Québec ! » toujours gagnant, il a entamé une prestation à la hauteur des espérances.

Entre les chansons, il a accordé sa guitare ou a raconté des anecdotes toujours intéressantes. Pas les deux en même temps, cependant : « Je ne suis pas très bon dans le multitâches ». Et les spectateurs d'éclater de rire devant celui qui joue à la fois de la guitare, de l'harmonica et de la grosse-caisse.

L'auteur-compositeur-interprète a joué quelques-unes de ses nouvelles chansons, dont une en compagnie de mademoiselle Hayward et d'un certain Félix à la trompette. La formule trio était intéressante, mais rien n’a pu voler la vedette au jeune chanteur.

Kim Churchill a surpris le public en ajoutant un son électrique très convaincant à sa guitare acoustique le temps de quelques chansons, dont une reprise de Led Zeppelin. Inutile de dire que la salle aussi bien que la scène étaient en feu !

Churchill a offert généreusement trois titres en rappel, accompagné de son trompettiste, entre les demandes spéciales et les « I love you Kim » qui fusaient de toutes parts. Après une telle performance, le public en voulait encore. Il faudra attendre une prochaine tournée au Québec, où il y a fort à parier que l'Australien reviendra souvent.

Crédit photo : Arnaud Anciaux