Dans la salle Octave-Crémazie du Grand Théâtre de Québec, les spectateurs affluent devant la scène sertie de bulbes de lumières orangées. Peu à peu, l’ambiance se feutre et le spectacle commence.

Marie-Ève Muller 

Elisapie - Guylaine Jacob-4Royal Woods (c’est son vrai nom ! ) ouvre le spectacle, vêtu comme un crooner des années 50 : cheveux bien lichés sur le côté, veste noire par-dessus la chemise et la cravate. Assis au piano à queue, Woods chante avec la voix de Rufus Wainwright, virilité en plus, accompagné seulement d’un guitariste. Woods a su conquérir les spectateurs en un tour de main avec son accent alors qu’il s’essaie en français, ses clins d’œil à la foule et ses histoires sur chacune de ses chansons. Pour les amateurs de pop-folk canadienne, Royal Woods est votre homme ( en nomination aux Juno, en plus ).

Après une pause, Élisapie Isaac entre avec ses quatre hommes musiciens, prête à nous livrer les pièces de Travelling Love, son nouvel album. Filin d’or au front, talons aiguilles vertigineux, robe crème: Élisapie arbore un look autochtone actualisé. Car son origine hypnotise. Dès qu’elle chante en inuktitut, la foule frémit.

Coquine sans être vulgaire, Élisapie a joué de ses charmes pour rallier les spectateurs, avec ses sourires avenants, sa danse sensuelle. On en oublie les fausses notes en début de spectacle.

Mention aux musiciens experts, Manuel Gasse ( guitare et piano ), Gabriel Gratton (batterie et guitare ), Thomas Augustin ( claviers ) et Antoine Tardif ( guitare et basse ), pratiquement trop bons pour la pop d’Isaac. On sent leur talent extraordinaire et leur présence scénique admirable. Lorsqu’ils ont joué les quatre ensemble au piano, tous collés les uns contre les autres devant leur Élisapie, c’était à craquer. Pouces en l’air aussi pour l’éclairage magnifique, les projections discrètes qui rappelaient les aurores boréales.

Que vous soyez déjà fan d’Élisapie ou non, je vous recommande fortement d’aller la voir dès que possible. Laissez-vous charmer, ce ne sera pas compliqué. Et vous ferez de bien bons rêves ensuite.