Mathieu Cyr, le réalisateur connu pour son premier court métrage intitulé Ti-minou gros minet (Parce que films) et pour avoir réalisé bon nombre de vidéoclips parmi lesquelles figurent Piste 01 et Camouflar du groupe Galaxie, ainsi que Blanc Mercredi et All the girls de Caracol, a choisi la Vieille Capitale comme lieu de tournage de son prochain court métrage.

Miléna Babin

Laval, c’est le titre qu’a choisi le réa­lisateur pour son prochain projet (cette fois avec la boîte Les films de la meute) malgré qu’il soit tourné à Québec. « C’est le nom d’un personnage. C’est un nom qu’on n’a pas utilisé beaucoup jusqu’à maintenant. Puis juste­ment, c’est tourné à Québec, je trouvais ça drôle d’induire les gens en erreur avec ça. Laval… C’est un mot qui se lit dans les deux sens en plus, j’aime ça! » ajoute-t-il à la blague.

« Mon court métrage, c’est l’histoire d’un gars qui a des comptes à régler avec son père (enfin, c’est ce qu’on sup­pose, précise-t-il) et qui vient d’apprendre que ce dernier est très malade. Sur un coup de tête, il part à sa rencontre. Les deux ont une relation dif­ficile, la communication n’est pas très bonne. En chemin, le jeune homme part un peu à la dérive. On sent qu’il repousse le moment où il tombera face à face avec son père. Et… il y aura aussi Geneviève, la maî­tresse occasionnelle. » conclut Mathieu, espiègle.

C’est David Giguère (Starbuck) qui a obtenu le rôle du jeune homme, justement appelé David. « J’aimais sa personnalité, son attitude, c’est un peu ce que je voyais pour mon personnage. » Le comédien Jean-Pierre Ber­geron (Les Doigts croches, Filière 13) incarne quant à lui le personnage du père et c’est finalement à la comédienne Mathilde Lavigne (Saints-Martyrs-des-Damnés, Pro­vidence) qu’on a confié le rôle de Geneviève.

L’équipe était à Québec lundi et mardi et avait prévu un pro­gramme très chargé. « On tourne lundi après-midi, dans la nuit de lundi à mardi et finalement mardi matin, à l’aube. On a loué des appartements pour tourner. » C’est dans la Haute-Ville et la Basse-Ville que la majorité des scènes ont été tournées. « On ra­tisse bien ce que la ville de Québec a de beau. » Et il y aura aussi une scène dans un restaurant de la ville, mais malgré plusieurs tentatives de corruption, Mathieu n’a pas voulu nous dévoiler lequel.

Si tout se passe bien, Mathieu Cyr prévoit que l’on pourra visionner son court métrage l’automne prochain.

Photo Courtoisie Simon-Pierre Gingras