Coteau rougeest un film qui prend son ancrage dans le réel, celui qu'habite le couple André Forcier et Linda Pinet et qu'ils ont commencé à scénariser par un soir de neige… à Coteau rouge. Le tournage s'est effectué autour de cet endroit. La beauté peut s'y trouver comme partout, affirme Forcier en entrevue. Les Blanchard sont peints à même les murs des quartiers, en « fresque », où « tous les rôles sont de soutien ». Ce qui rend l'ensemble encore plus fort, comme une chorale, ajouterions-nous.

Forcier sont partis de l'image d'un personnage : la fille, nouvelle riche, qui, pour des raisons générales de vergetures, de seins tombants et d'accouchement, a fait porter son enfant par sa mère. Puis, ils y ont brodés des personnages et un univers à la Forcier, dits du « réalisme magique », sa « marque de commerce ». Malgré une continuité dans la manière, il essaie à chaque fois d'être en rupture avec le dernier de sa filmographie.

Selon Forcier, le cinéma est l'art de l'indicible, l'art le plus complet car il intègre les autres. À la différence de la littérature, un cinéaste doit demeurer fidèle à une histoire car il n'y a pas d'échappatoire possible à celle-ci. Deux autres histoires sont en chantier, dont une qui se passerait en Acadie; parions qu'il leur demeurera fidèle.