Après Apprentie Guerrière en 2012, les premières parties d’Ariane Moffatt et de Cœur de Pirate en 2013, Fanny Bloom présente son deuxième album solo, Pan. Pour cet album, dansant et mélancolique comme le premier, l’artiste montréalaise a « osé cette fois ».  

Fanny Bloom est tout sourire quand on la rencontre au Pub universitaire. En journée de promotion à Québec, elle enchaîne les entrevues depuis tôt le matin. « C’est super le fun de venir dans une autre ville que Montréal pour parler de Pan, des projets et du show », a-t-elle lancé. « L’album suscite des bonnes questions de la part des journalistes. Je suis contente ! »

Vous avez dit Pan ?

Et la question récurrente, c’est le titre du disque. Pan comme l’onomatopée ? « Je ne l’ai pas du tout vu comme ça ! », a-t-elle confié. Ce qui la séduit, ce sont ces différentes interprétations que chacun est libre de faire. Pour elle, la raison était en partie esthétique : « Je trouvais juste que c’était un joli mot, de l’ordre de l’imaginaire, comme je le voulais pour les sonorités de ma musique ». Significative, aussi : « C’est aussi dans le sens « d’un bout à l’autre de », donc toute la distance entre la personne aimée qui est de l’autre côté du monde et moi ». Cette absence est un thème récurrent de l’opus.

Misteur Valaire, jamais loin

Fanny Bloom ponctue son album de collaborations, encore une fois. Parmi elles, celles avec les gars de Misteur Valaire, groupe dont elle ne s’est jamais vraiment séparée. Elle avait formé avec deux d’entre eux le groupe La Patère Rose de 2003 à 2011 pour ensuite entamer sa carrière personnelle. « Pour Pan, j’avais deux chansons relax : Dead Bird et Il Faudra, qui ne leur ressemblaient pas forcément. Je me demandais s’ils allaient trouver leur compte, mais finalement en un après-midi, on a discuté de la direction et ils sont partis avec ça. » Résultat : les touches électroniques de Misteur Valaire font de ces deux tounes des balades planantes et savoureuses. À noter que Dead Bird était initialement une pièce de la Patère Rose. Fanny Bloom a voulu reprendre avec eux la pièce, jamais enregistrée, pour l’occasion.

Il n’était donc pas surprenant de croiser Misteur Valaire au lancement de Pan le 24 septembre dernier au Belmont, à Montréal. Karim Ouellet était aussi de la partie. « Une soirée amicale et conviviale », selon l’artiste montréalaise qui parle d’un soutien sincère les uns envers les autres. « On poste toujours les “grosses nouvelles” des uns et des autres […] Au-delà du fait qu’on s’aime beaucoup en tant qu’amis, on s’apprécie aussi énormément musicalement alors rendus là, c’est la moindre des choses. »

Une Piscine commerciale

Cet été, Piscine, le premier extrait de son album a fait une percée à la radio commerciale. Plébiscitée depuis ses débuts par les radios communautaires et universitaires, puis par Radio-Canada, Fanny Bloom a perçu cette avancée « comme une petite victoire », car les stations privées tendent désormais plus l’oreille à son univers musical. « Évidemment, j’ai conscience que Piscine est plus dans un créneau “commercial”. En même temps, moi je l’adore comme ça et je n’ai pas eu l’impression de me travestir en faisant une chanson comme ça », a-t-elle justifié.

Fanny Bloom sur les planches

Fanny Bloom ne manque pas d’élargir ses horizons. Le metteur en scène Jean-Simon Traversy a notamment fait appel à elle pour jouer la musique de la pièce londonienne Constellations… chaque soir sur scène ! C’est donc du 26 janvier au 13 février 2015 qu’on pourra la retrouver au Théâtre La Licorne, à Montréal. Une expérience inédite pour l’artiste : « [Jean-]Simon Traversy m’a tout simplement écrit pour me dire « J’aime bien ce que tu fait. On fait une pièce, j’ai envie [d’] y apport[er] de la musique live. Es-tu partante ?  » Et moi, j’ai dit oui pour faire partie du créatif et de la production », a-t-elle raconté.

Entre deux représentations, Fanny Bloom en profitera pour revenir à Québec et présenter le spectacle complet de Pan au Cercle, le 5 février 2015.

Porte-parole des Francouvertes 2015

Un horaire déjà bien chargé pour 2015 puisque l’interprète de Pan a également été choisie comme porte-parole des prochaines Francouvertes, aux côtés de Keith Kouna. «Concours-vitrine de toutes les musiques» à travers le Canada, Fanny Bloom avait remporté l’édition 2008 avec la Patère Rose. « Ce concours fantastique m’a ouvert plein de portes. On est encadrés, suivis et maternés pour réussir au mieux. Si vous pensez avoir du matériel à faire écouter, allez-y ! Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 3 novembre. Cela vaut la peine, je vous le dis! », a-t-elle affirmé en prenant d’ores et déjà son rôle très à cœur.