Le Festival folk de Québec n’est certes par le plus grand événement annuel dans la capitale, mais cette fois, il montre les dents. De gros noms de la musique émergente sont à l’affiche.

C’est mardi que le tout se met en branle avec Timbre Timbre et Ferriswheel au Théâtre Petit Champlain. Mercredi, Le Husky et Juke Joint Folks se produiront à l’AgitéE, alors que Coral Egan et Karen Young seront au Largo.

Le gros de la programmation se déroule lors de la deuxième moitié du festival. Jeudi soir  on retrouvera Les Revenants (L’AgitéE), Mélissa Laveaux (Le Cercle) Damien Robitaille (Théâtre Petit Champlain) et Ron Hynes (Le Largo).

Vendredi soir, en plus des spectacles payants dont ceux d’Émilie Clepper, Daran et Dany Placard, une soirée gratuite fera vibrer la chapelle du Musée de l’Amérique française. Ça promet, puisque ce sont les Montréalais de Plants and Animals qui fouleront les planches.

Les organisateurs sont allés chercher une grosse pointure comme tête d’affiche de la dernière soirée. Samedi soir, The Besnard Lakes jouera au Cercle, ce sera leur première apparition sur scène à Québec depuis leur nomination au Polaris, un prix finalement remporté par Karkwa. Le groupe local Who Are You assurera la première partie. Un autre spectacle gratuit est programmé au Sacrilège en format 5 à 7, avec Francis d’Octobre. Elfin Saddle (L’AgitéE) et Lisa Bozikovic (Le Largo) seront également de la partie. De plus, Le Normand Guilbeault Ensemble fera un plaidoyer musical pour Louis Riel dans la chapelle du Musée de l’Amérique française.

Notez que la venue de Zachary Richard a été annulée après l’accident cardio-vasculaire subit par le chanteur cajun en octobre dernier.

Sans rien promettre, les organisateurs laissent sous-entendre que l’on pourrait très bien être gâtés de spectacles-surprises pendant le festival. «On a des performances impromptues à chaque année. Il y aussi eu des musiciens qui ont échangé de scène. Ce n’est pas impossible, ça dépend de l’ambiance, c’est toujours une surprise», explique le codirecteur général, Michaël Lachance.

Cette année, le Festival folk de Québec a lieu en novembre, alors qu’il était organisé en août auparavant. Comme l’indique Michaël Lachance, la fin de l’été était tout simplement trop chargée pour que le festival réussisse à se tailler une bonne place. «Pendant tout l’été à Québec, il y a des propositions de concerts, ça fuse de toutes parts. On est un jeune festival, on n’a pas de moyens illimités. Tout ce qu’on fait doit être fait en conséquence, on doit remplir nos salles.»