L’International de sculpture sur neige du Carnaval de Québec avait lieu les 30 et 31 janvier dernier. Deux équipes de l’Université Laval participaient cette année à l’évènement, dans le volet relève. Impact Campus s’est entretenu avec l’une d’entre elles, dont la sculpture a remporté le prix du public. Retour sur une expérience originale.

Ils sont trois étudiants à la maîtrise en architecture : Florence Asselin, Marc-Antoine Viel et Steve Fortier. La première en est à sa deuxième participation à l’International, les deux autres sont novices. À quelques jours de l’événement, ils parlent avec entrain de la compétition et de leur projet, ravis à l’idée d’affronter un défi si particulier. « Dans notre parcours, il y a habituellement peu d’activités à l’extérieur. C’est une occasion de sortir de l’école, de vivre autre chose », déclare ainsi Marc-Antoine Viel, qui dit espérer un jour « une participation de toute l’École d’architecture afin d’augmenter la compétition créative ».

Son collègue, Steve Fortier, renchérit aussitôt, dévoilant les différentes facettes de l’activité : « C’est un projet qui offre une véritable expérience. On peut explorer le concept de la neige, ses effets lumineux, sa transparence, sa structure… C’est complémentaire à la formation en architecture, avec un côté plus artistique ». « C’est un monde de possibilité, une ouverture sur quelque chose », déclare à son tour Florence Asselin, faisant le lien avec le concept de l’œuvre des trois compères, « Ouvre-moi ».

Du concept à la réalisation

Sa forme ? Une porte, campée sur un livre ouvert, des tentacules jaillissant de derrière le cadre et l’enserrant. « C’est un retour à l’enfance, à la lecture, au plaisir de découvrir », explique Marc-Antoine, alors que Steve parle d’« exploiter leur imaginaire enfantin » dans le but de « faire vivre une sensation ». De l’idée première à la réalisation, il y a cependant un grand pas… et beaucoup de travail.

« Le côté artistique naît dans l’architecture, le dessin », souligne Florence. Pour participer à l’International, les trois étudiants ont dû plancher longuement sur leur projet et soumettre au comité de sélection maquettes et photos en plus de leur CV. En entrevue, ils parlent aussi de leurs forces et de leurs travers, de « cette tendance à tout prévoir en avance » qu’ont les architectes, de la nécessité de se laisser « une marge pour l’improviste » pendant la compétition.

Une expérience couronnée de succès

Jointe de nouveau juste après la remise des prix du dimanche matin, Florence Asselin se montrait très satisfaite de sa seconde participation à l’International de sculpture sur neige. « C’est une belle expérience, une belle organisation », insiste celle qui vient de passer, avec ses deux compagnons, deux journées entière à modeler de la neige. Un travail exigeant, certes, mais réalisé dans une ambiance conviviale.

Un travail récompensé, aussi, et de la plus belle des façons : l’équipe d’« Ouvre-moi » a en effet remporté le prix du public, remis après la compilation des votes des visiteurs du samedi soir. Les curieux pourront découvrir l’œuvre couronnée dans la Zone Loto-Québec, tout près du Palais de Bonhomme.