Vendredi dernier, au centre de diffusion en arts visuels la Chambre Blanche, se déroulait un événement d’une grande signification dans le cadre de l’exposition Restoration of Behavior de Yasuto Masumoto. Le Japonais a fait la reconstitution d’un événement marquant de son histoire, à travers le regard de sa grand-mère, soit le bombardement atomique de Hiroshima. À l’époque, un mur de béton est tombé sur son aïeule, la sauvant ainsi de l’impact et des radiations de la bombe. «J’ai voulu faire vivre ce sentiment que ma grand-mère a ressenti à l’époque, alors que le mur qui lui a sauvé la vie lui tombait dessus. Cette histoire est assez peu commune et marquée d’un événement qui a ébranlé le cours de notre histoire en tant que peuple. Je me devais d’en faire part au moins une fois», explique l’artiste. Effectivement, les invités présents ont tous pu imaginer ce moment, alors que tour à tour, l’artiste a fait tomber sur eux un mur de sa conception.

C’est dans le cadre d’un échange proposé par le Tokyo Wonder Site que l’artiste a été invité à séjourner pendant un mois à la Chambre Blanche, située dans le quartier Saint-Roch. «Je produisais déjà des expositions, et un jour, le Tokyo Wonder Site m’a contacté et m’a proposé l’échange. J’ai tout de suite accepté», admet M. Masumoto.  Quand on le questionne sur les différences qu’il remarque entre la scène québécoise et japonaise, il s’exprime immédiatement:  «L’ouverture d’esprit entre les deux scènes.

Au Japon, faire un atelier devant public comme je le fais ici, c’est inconcevable. Ici, au contraire, c’est apprécié, voir même encouragé. Il y a cette absence de barrière et une appréciation immédiate de la nouveauté et des idées qui me donnent une liberté dans mon art que je n’ai jamais vécue auparavant, et que j’adore vivre présentement. J’ai pourtant œuvré à Londres, à Berlin et dans d’autres grandes villes européennes, mais il n’y a rien de semblable à ce que l’on retrouve ici».

Le sujet de ses autres œuvres est exploité d’une manière originale. «En jouant au soccer, quand j’étais jeune, j’ai remarqué que chaque mouvement de la balle créait une réaction au sein des deux équipes sur le terrain. Conséquemment, en jouant des enjeux sociaux à plus grande échelle, on peut remarquer la même chose, tout dépendant de l’objectif visé. C’est ce que je cherche à représenter dans chacune de mes œuvres: conscientiser les participants aux normes qui gèrent leurs réactions, et ce, à travers des situations peu orthodoxes», précise Yasuto Masumoto.