Un homme se retrouve dans une sorte de boîte à attendre quelque chose. Il découvre que les règles de gravité ne sont pas les mêmes dans cette boîte qu’à l’extérieur…

Cyril Schreiber

Production de Circle of Eleven, Léo provient d’une idée de son interprète unique, Tobias Wegner. Le Québécois Daniel Brière signe la mise en scène de ce spectacle très attendu, qui ne déçoit pas. Le principe est original : à côté de la dite boîte dans laquelle évolue Léo, un grand écran projette les images des actions se déroulant dans celle-ci, mais via une caméra placée à 90°. Ainsi, le mur devient le plancher. Malgré un décalage agaçant d’une ou deux secondes entre la réalité et l’image, le spectateur promène ainsi son regard entre le produit et le résultat. Un dispositif ingénu qui participe à une réflexion entre la vérité et l’image.

Spectacle (presque) sans paroles, avec très peu d’accessoires mais où la musique joue un rôle prépondérant, Léo est un spectacle où l’on rit beaucoup, justement à cause de cet effet de gravité envolée. La poésie est partout présente, notamment dans deux des meilleurs moments de la pièce : celui où Léo dessine sur les murs, c’est-à-dire crée, son univers à la craie (animaux, table, chaises, etc.), sur fond de Beethoven, et celui où Léo joue du saxophone, soulignant sa solitude. Car vivre libre, c’est aussi vivre seul.

Il faut souligner la performance physique exceptionnelle de Tobias Wegner, qui connaît jusqu’au bout de ses doigts son personnage, tant psychologiquement qu’aux mouvements précis qu’il doit effectuer. Malgré peut-être trop d’effets visuels sur l’écran (notamment le segment bande dessinée) et la finale peut-être un brin trop longue (malgré l’émotion de la libération du personnage), Léo est à classer dans les grandes réussites de ce treizième Carrefour international de théâtre, le deuxième coup de cœur absolu. Unique, irrésistible et immanquable.

Quoi ? Léo (Carrefour international de théâtre)

Qui ? Idée originale et interprétation : Tobias Wegner, mise en scène : Daniel Brière

Où ? Salle Multi du Complexe Méduse

Quand ? Mardi 5 et mercredi 6 juin

Courtoisie : Andy Phillipson