C’est une profonde remise en question des codes théâtraux qui se tiendra au Studio d’essai du complexe Méduse les 23 et 24 février prochains. Le collectif Dans ta tête présente Lapalissade, une pièce de 80 minutes où le spectateur sera amené à prendre un sentier surprenant, hors de la conformité des prestations auxquelles on a l’habitude d’assister.

Dans le cadre du mois Multi, le collectif s’apprête à livrer sa version la plus aboutie de la pièce Lapalissade. Le groupe est formé de finissants du programme de Théâtre à l’Université Laval en 2013, soit Valérie Bédard, Arielle Cloutier, Thomas Langlois, Michael Larraguibel et Marie-Pier Morel. S’ajoute à cette équipe Kevin Dubois, concepteur participant au projet.

Payer, donner son billet à l’entrée, prendre un programme, le rouler dans sa poche ou le lire en attendant dûment d’être diverti… et peut-être plus. Par des moyens techniques, des projections visuelles et des bandes sonores, tout est mis en œuvre pour atteindre le public et lui faire repenser les évidences du monde de la scène. « On utilise l’imaginaire du spectateur et on le contrôle par ses propres habitudes », décrit un des interprètes, Thomas Langlois.

Des amateurs de théâtre aux plus réticents, l’œuvre est conçue en fonction de son auditoire. « Je pense que tout le monde peut tirer son épingle du jeu », affirme Thomas. L’équipe a eu la chance de tester son travail durant les dernières années et de le peaufiner. Le public aura l’occasion de participer activement à la création en repoussant les rituels qu’il a en s’asseyant devant la scène pour être diverti.

Cultiver le mystère

Sans pouvoir révéler le contenu du spectacle, une piste est donnée. À la base, le projet découle du mélange de deux pièces de Peter Handke. L’une intitulée Gaspard, relate l’histoire d’un prisonnier libéré à la fin de sa vie qui découvre la lumière et tous ses sens. La seconde, Outrage au public, déconstruit le sentiment de sécurité auquel les spectateurs peuvent se fier. Ainsi, l’esprit des deux textes fusionnés donnera naissance à Lapalissade. C’est « le processus d’appréhension du monde du spectacle, une redécouverte de ce monde » que la pièce se propose de traiter, indique Thomas.

Dans la pratique de l’art multidisciplinaire, le collectif se positionne dans un courant en vogue. Sa démarche artistique demeure cependant unique. Ayant appris à mettre en valeur les forces de chacun, une partie charnière du processus est de tester la création auprès d’un public afin de savoir si le concept du scénario va fonctionner dans la tête du spectateur. Une ligne importante pour le collectif est de « jouer avec la psychologie du spectateur sans que ça devienne trop conceptuel ».  « Il faut que le show rentre dans la tête! Il ne faut pas que ce soit intellectuel », explique le co-auteur en riant.

Mettre en valeur

Le collectif DTT tiendra une soirée spectacle Humour et Slam le 19 février au café collectif l’AnarChic situé au 249 rue Saint-Jean pour le financement de la pièce. De plus, sans pouvoir en dire davantage sur les projets futurs du groupe, Thomas Langlois laisse planer que d’autres créations sont en réflexion.

Les billets pour assister à Lapalissade le 23 ou 24 février sont accessibles à l’adresse suivante : http://mmrectoverso.org/programmation-2017/