Mercredi dernier a eu lieu la 7e édition du Pecha Kucha Québec, présentée au Cercle dans le cadre du 12e festival Mois Multi (MM12).

Le concept du Pecha Kucha, qui débutait au Japon en 2003, consiste à offrir à une dizaine de créateurs issus du milieu culturel ou artistique une occasion de partager leur vision dans une atmosphère festive. Chacun des présentateurs doit mettre en contexte 20 images en 20 secondes chaque, et la formule doit aussi inclure une ou plusieurs prestations artistiques au cours de la soirée. En 2009. Québec est devenue la 236e ville à prendre part à ce mouvement à but non lucratif.

Cette toute dernière édition, toujours animée par Matthieu Dugal et présentée par Télé-Québec, a mis en vedette plusieurs artistes participant au MM12 dont Otso Lahedoja (Finlande) et Alexandre Berthier (France) de la formation OAO, qui inclut aussi le Finlandais Karl-Otto von Oertzen. Ces artistes ont brisé la glace en parlant du spectacle MUE, conçu lors d’une résidence de trois mois et demi aux centres d’artistes Avatar, La Bande Vidéo et Recto-Verso.

Le premier volet de la soirée a été bouclé avec des présentations individuelles de l’architecte Gianpiero Moretti, qui a parlé de morphologie urbaine. Ensuite, Anne-Julie Vallée a discuté de son projet d’archivage photographique intitulé Love Graffiti, avant de passer à la performance interactive du Bureau de l’APA, formé par le duo d’artistes interdisciplinaires Laurence Brunelle-Côté et Simon Drouin.

Suite à la pause, les artistes du MM12 sont revenus à la charge. Le Suisse Zimoun, a parlé de ses machines simples (Prepared DC-Motors) qui génèrent des comportements complexes. Puis, les frères Michel et André Décosterd, mieux connus sous le nom Cod.Act, ont expliqué le cheminement ayant abouti à la conception du Cycloïde-E, une installation présentés à la Salle Multi du Complexe Méduse.

On a également pu assister aux présentations de Robert Faguy décrivant son parcours qui a mené au montage du Laboratoire des Nouvelles Technologies de l’Image, du Son et de la Scène (LANTISS) de l’Université Laval. Larry Rochefort a finalement retracé un projet de photojournalisme pour Stigmat Photo.