Luis Dion-Dussault, coordonnateur de l’édition du FFEQ 2011, a voulu créer une nouvelle thématique plus attractive. «On cherchait quelque chose de rassembleur et on sait que tout le monde rit. L’exploration du rire nous a donc semblé être une bonne piste, mais on ne veut pas des films de ‘‘ballons dans la fourche’’», a-t-il ironisé.

Sélection officielle

Toute l’équipe participe de près ou de loin à la sélection des futurs lauréats. «On a reçu cinq ou six films, mais cette année, on en attend une centaine! On fait une présélection, on retire une soixantaine de films avant de donner le reste aux juges», explique Luis Dion-Dussault. Même si le futur jury reste encore secret, on peut rappeler que Henri Bernadet, Miriam Verreault (À l’ouest de Pluton) et le cinéaste Olivier Dubois étaient membres l’an passé.

Le coordonnateur précise, cette année, vouloir soutenir la future relève universitaire sans toutefois oublier le travail accompli par les anciens lauréats: «On essaie de pousser la catégorie appelée Jeunesse. Pour les étudiants au cégep, l’accès à l’université n’est pas toujours facile pour de tels projets. On a donc beaucoup démarché». Le 18 février est la date limite pour remettre un projet dans le cadre de cette 9e édition

Web télé

Producteur du FFEQ, le Club VU de l’Université Laval a annoncé le lancement à l’automne 2011 d’une Web télé. «Elle sera faite par les étudiants, pour les étudiants», n’a pas manqué de préciser Audrey St-Pierre, présidente du Club VU.

La Web télé sera composée de courtes capsules. Les étudiants pourront y faire la promotion d’événements. Le milieu associatif sera aussi au cœur des sujets, sans oublier les dossiers chauds en cours.
Le Club VU est un organisme associatif qui donne des formations et des ateliers de perfectionnement pour la production vidéo. Il propose aussi une plate-forme de diffusion avec des reportages, notamment le FFEQ.