En quoi consiste le concept ? Selon les comédiens, c’est un concept qui diffère de la majorité des prestations d’improvisation,
puisqu’elle ne s’attribue pas de cadres traditionnels comme la notion de « match »; pas d’arbitre, pas d’équipe, pas de pointage et les thèmes viennent tout droit du public. « La priorité première, ce n’est pas de faire des points », a dit Christian St-Pierre, fondateur du concept. « On veut, d’une certaine façon, revenir aux sources même d’un spectacle d’improvisation théâtrale. En enlevant le cadre constitué de l’arbitre, des deux équipes et du vote, on retire tout l’aspect compétition pour devenir au service du spectacle. »

Selon celui-ci, un des plus grands dangers du concept est qu’il n’y a aucune restriction ni pénalité, donc aucun moyen de voir qu’il faut redresser le tir, si le public venait à s’ennuyer. « C’est une liberté qui nous donne une grande force sur le jeu,  beaucoup de pouvoirs, mais aussi, comme dirait un certain Peter Parker, de grandes responsabilités. Il faut souvent savoir jauger le mood qu’on donne à une impro et s’assurer une certaine variété », a fait remarquer Christian St-Pierre.

Autre aspect intéressant : la participation active du musicien et du responsable de l’éclairage, qui sont, d’une certaine façon, les septième et huitième joueurs de cette prestation. « C’est sur que leur implication dans le match n’est pas juste accessoire : ils ont autant carte blanche que nous et s’ils sentent qu’ils peuvent apporter quelque chose pour nous guider et ajouter un  grain de sel à l’improvisation en cours, ils peuvent y aller de plein gré », a souligné le joueur Nicolas Tondreau. « Ça ajoute une profondeur et une dynamique au jeu qui se trouvent difficilement ailleurs. »

Après les surprises de l’année dernière, à quoi faut-il s’attendre pour cette deuxième saison ? « L’an passé, on a cherché à
roder le concept. Cette année, on ne vise rien de moins que de s’éclater et de se surprendre encore plus entre nous. On  commence même à faire des shows pour des corporations », a ajouté M. St-Pierre.

Le prochain délit des Architectes aura lieu le 16 octobre, à La Casbah de l’Impérial.