Revoilà Chantal Archambault, après La romance des couteaux en 2010. Son deuxième album, Les élans, qui sortira en magasin le 12 février, la fera connaître auprès d’un plus large public, espérons-le. Car l’Abitibienne a du talent et excelle dans un genre bien précis, celui du country folk. 

Cyril Schreiber

Avec à ses côtés ses fidèles complices musiciens, dont Dany Placard et Michel-Olivier Gasse, mais aussi une nouvelle et heureuse collaboration avec Les Soeurs Boulay, dont les voix se mélangent bien, Chantal Archambault explore en douze titres l’éternel sentiment amoureux, qu’il soit triste, heureux, hésitant ou sûr de lui. Toujours sincère et honnête en tout cas. Côté musique, les guitares, le banjo et le lap-steel sont à l’avant-plan et sonnent très bien, ce qui offre une grande richesse sonore s’inscrivant parfaitement dans le genre musical du country folk. Si certains titres sont moins mémorables ( 20 h 30 et son texte sans grand intérêt, rempli de clichés ), d’autres sont de petits bijoux de fragilité et de tristesse plus qu’agréables à écouter : tendez l’oreille vers le joli duo avec Michel-Olivier Gasse ( Chambre 16 ), Les vivaces, ou encore la pièce-titre, sûrement la plus aboutie de l’album.

Les élans n’est cependant et malheureusement pas exempt de défauts. Certaines chansons contiennent une abondance parfois inutile de paroles (alors que le message pourrait être plus clair si plus concentré), et l’album souffre d’un certain déséquilibre : la deuxième moitié, si on excepte Reste donc couchée qui conclut joyeusement le tout, n’est composée que de titres plus lents et plus tristes, en comparaison avec Tomber frêle ou Les ivresses en début d’album, chansons plus rythmées et entraînantes. L’unité musicale signée Dany Placard à la réalisation sauve un peu le tout. De même, le timbre de voix aigu de Chantal Archambault déplaira sûrement à quelques-uns. Celle-ci, malgré ces quelques petits défauts, a pris beaucoup de maturité depuis son premier album, et continue de tracer sa route à sa manière. Sympathique sans être révolutionnaire, sa musique mérite quoi qu’il en soit d’être mieux connue, ne serait-ce que pour se faire une opinion sur cette jeune chanteuse qui monte.

 

Chantal ArchambaultCHANTAL ARCHAMBAULT 

LES ÉLANS 

DISQUES INDICA