Celui qu’on surnomme le « Mario Pelchat de Saint-Roch » séduit la femme, comme l’homme, et nous invite à pénétrer dans son univers ironique et un peu absurde, où l’amour transperce le cœur et les coat de denim.

Julien St-Georges

Il peaufine depuis 2006 une écriture poétiquement kitsch en s’inspirant à la fois de légendes comme Brassens ou Brel, et des incontournables de Rock détente. Dès les premières notes de ses chansons, on devine ses influences…et c’est ce qu’il veut. Ses pièces sont d’ailleurs des hommages aux artistes qui ont marqué sa jeunesse, notamment Gerry Boulet. Ne se contentant pas de jouer des cover, il se sert de l’ironie pour créer son propre son. Il pousse à l’extrême les clichés du rock détente, avec des mots et mélodies qui paraissent artificiels : il fait craquer le « masque » que portent plusieurs rockeurs et rockeuses de la détente. Il utilise notre Céline nationale pour expliquer comment il perçoit le « vrai » du « faux » dans sa musique : « J’aime les émotions, qu’elles soient vraies ou fausses. J’ai la démarche contraire de Céline Dion. Elle vend des émotions qui, tout le monde le sait, sont fake. » Il nous attire avec des airs de plaisirs coupables, puis, lorsqu’on réalise que tout le monde chante le refrain, on oublie la culpabilité.

Le 3 octobre au Cercle s’est déroulé le lancement de son album Sélection Continentale. Une soirée mémorable pour le chanteur — et charmeur — Gab Paquet et son band. « On avait reconstruit en partie le décor de la pochette de l’album, y’avait des centres de table pas possibles : des coquillages avec des pepperman dedans. On sentait que le monde avait vraiment embarqué dans l’univers du spectacle, ils sentaient qu’ils faisaient partie du spectacle. Il y a même des personnes qui ont pris des centres de table! Ça fait chaud au cœur que des gens soient contents de me voler des affaires! »

Le charme opère naturellement en spectacle, tellement que plusieurs personnes se déguisent : « Je vois ça comme un échange entre le public et moi. Finalement le plus beau spectacle c’est moi qui le vois! » En somme, à défaut de trouver son grand amour, par hasard, en marchant dans la rue, on peut toujours le trouver dans la musique de Gab Paquet. Un amour romantique, qui goûte le pepperman, mais sans tabous, car comme le dit notre charmeur de Saint-Roch : « J’aime pas ça faire l’amour à travers un drap. »

Quoi? Sélection continentale
Qui? Gab Paquet
Quand? 25 octobre
Où? Moulin Marcoux (Pont-Rouge)