La fin de la session et l’arrivée de l’été riment peut-être avec les vacances pour beaucoup d’étudiants, mais pas pour ceux de théâtre. Certains d’entre eux travaillent sur des productions et d’autres manigances théâtrales qu’ils vont présenter cet été ou au début de la session d’automne. Voici donc un topo des projets théâtraux d’étudiants à ne pas manquer. 

Joker Joker

Le premier lancement d’une programmation complète de la compagnie de diffusion nomade Joker Joker se fera à l’automne prochain. Par cette programmation, qui comptera entre autres cinq pièces de théâtre, Joker Joker compte bien devenir un nouveau joueur dans la production scénique à Québec. « On sait qu’il y a un besoin. Les artistes émergents de Québec ont de la difficulté à être diffusés par les théâtres institutionnels. On pense qu’une compagnie comme la nôtre va apporter un vent de fraicheur », affirme Émile Beauchemin, cofondateur de la compagnie.

Créée l’an dernier dans le cadre d’une maîtrise en littérature et arts de la scène et de l’écran, cette compagnie de diffusion multidisciplinaire est la seule, dans la ville de Québec, à diffuser des productions émergentes de théâtre et d’autres arts de la scène de façon nomade. « On n’a pas de lieu fixe, on trouve à chaque fois l’endroit le plus approprié par rapport à l’artiste et à son projet. On le libère par notre propre liberté nomade et parce qu’on prend en charge les tâches administratives », poursuit-il.

Collectif Sans Cravate

De son côté, le Collectif Sans Cravate travaille depuis septembre sur une production de la pièce Le problème avec moi du dramaturge Larry Tremblay. La pièce a été créée dans le cadre d’un cours de dernière session au baccalauréat en théâtre, Mise en scène 4, dont l’objectif est de réaliser une production complète.

Au lieu d’effectuer une création collective, comme il est d’usage, ces étudiants ont choisi de faire une production de type professionnel, où chacun a un rôle bien défini. « Nous voyons cette pièce comme un tremplin pour nous lancer dans le monde du théâtre professionnel », explique Joël Meunier, acteur et directeur de production.

D’abord jouée en partie au FTUL à l’occasion d’une conférence donnée par son auteur Larry Tremblay, qui a reconnu le côté original de cette relecture, la pièce est maintenant prête à être montrée en entier. « C’est un théâtre ludique, fait pour avoir du plaisir. Notre mise en scène s’inspire un peu de Psycho d’Alfred Hitchcock. Les spectateurs vont y trouver l’ambiance du cinéma, des thrillers en noir et blanc », assure Joël Meunier.

Le problème avec moi sera présentée les 27 et 28 mai au pavillon Jacques-Casault de l’Université Laval.

Théâtre de la Bacaisse

Enfin, le Théâtre de la Bacaisse propose cette année la comédie politique La ruse. « Notre spectacle se déroule en 1880, lors de la création du Ô Canada. En mélangeant l’absurde de Clue et la folie de Sherlock Holmes, on va aborder le droit de vote aux femmes et la lutte des classes sociales », raconte Mélissa Bouchard, diplômée de la maîtrise en théâtre à l’Université Laval, auteure et metteure en scène de la pièce.

« Notre point de départ est une année, un événement ou un personnage important, et tout ça est combiné à une problématique actuelle. On revêt le costume de la comédie, mais c’est en touchant les gens qu’on veut les faire réfléchir », conclut-elle. La pièce sera présentée du 2 au 20 août, au Théâtre des Prés de Saint-Germain.