Vous souvenez-vous lorsque vous étiez enfant et que la télévision était toujours une mystérieuse boite à images? C’est-à-dire, à l’époque où nos télévisions étaient encore des cubes cathodiques… L’artiste d’origine sri-lankaise, qui a fait ses études de maîtrise à Concordia, s’intéresse justement aux explications un peu naïves qui nous viennent à l’enfance afin d’expliquer ces technologies à la fine pointe de la rêverie.

D’un côté nous retrouvons trois minuscules boîtes à surprises. Chacune d’elles est façonnée avec une justesse technologique qui propose une réponse à cette question. Mouvement, couleur, lumière : une exploration des éléments de base de la scénographie est présentée dans un trio de maquettes qui ont étés soigneusement enrichies par des détails graphiques exquis. Le décor dans un décor.

Ces théâtres miniatures servent ensuite de sujet pour une présentation métaphorique portant sur le processus de récollection. Occupant la plus grande partie de la salle d’exposition, un nuage de fils en nylon et en acier est suspendu au plafond. Ici, la recherche textile de l’écran a priorité sur l’image projetée. Les différentes prises de vue des scènes mécanisées se diffusent dans la masse semi-transparente de même que la mise au point de la projection est floue. Ces caractéristiques de l’installation vidéographique principale affirment le refus de l’artiste vis-à-vis le dévoilement de l’énigme originale. Par cette recherche du sublime, elle nous invite à nous délecter dans l’expérience de l’insoupçonné.  

Quoi ? Refusing to make a scene
Qui ?  Pavitra Wickramasinghe
Où ? La Bande Vidéo (620 Côte d’Abraham)
Quand ? Jusqu’au 8 octobre