Le 16 novembre dernier est sorti Ni le feu, ni le vent, un album de dix chansons originales dont les arrangements ont tous été assurés par Maryse Letarte, tout comme le piano et la voix. L’instrumentalisation ne se limite toutefois pas à ces deux éléments. La musicienne a collaboré avec le même octuor à cordes que sur son album précédent (Des pas dans la neige), en plus d’avoir fait appel pour la première fois à un ensemble d’instruments à vent. Elle a notamment obtenu la participation de Theodore Baskin, premier hautbois de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM). «L’important, c’est d’installer des climats et de transmettre des émotions, peu importe si c’est avec les mots ou la musique», souligne Maryse Letarte en ce qui a trait à l’aspect symphonique de Ni le feu, ni le vent. Les textes (écrits par celle-ci) ont également été travaillés en fonction de l’ambiance. «Parfois, on écoute une chanson d’une oreille inattentive et ça nous donne une fausse impression. Si les mots sont justes, mais que la sonorité ne l’est pas, ça ne fonctionne pas», précise-t-elle.

Contrairement à ce qu’a pu dire la rumeur, le nouvel album de Maryse Letarte n’est aucunement relié au temps des fêtes ou à la saison hivernale. Sa sortie au même moment de l’année que son précédent opus est un simple concours de circonstances. «Je pense que c’est évident que j’avais dit ce que j’avais à dire sur le thème de Noël», fait-elle remarquer. En fait, ce nouvel ensemble de chansons originales était déjà en préparation il y a trois ans de cela, avant même que l’auteure-compositrice-interprète commence à réaliser Des pas dans la neige.

«Novembre est arrivé et je trouvais que les guirlandes sortaient trop tôt», explique Maryse Letarte par rapport à l’amorce de son projet de Noël. «J’ai des émotions mixtes quand arrive le temps des fêtes. Je ne suis vraiment pas Miss Noël, mais je suis inspirée par les anecdotes et les choses que je vis à ce moment de l’année.» À l’inverse des albums de Noël traditionnels qui reprennent inévitablement les classiques, la pianiste s’est embarquée dans un projet de compositions originales. «C’est un terrain quand même très vierge parce qu’il y a très peu de nouvelles chansons de Noël. J’ai pris un malin plaisir à aller au bout de ce projet-là», indique Maryse Letarte, pianiste diplômée de la Grove School of Music de Los Angeles.

En lançant Ni le feu, ni le vent, l’objectif de Maryse Letarte était également de le produire sur scène. Malgré la réussite Des pas dans la neige, le projet n’a pas encore été montré en spectacle. «On ne s’attendait pas à ce succès fulgurant, mais comme ça a duré trois semaines et que les spectacles se planifient à l’avance, l’album n’a jamais été joué sur scène», raconte la musicienne accomplie. Celle-ci fera d’une pierre deux coups en présentant en intégralité Des pas dans la neige et Ni le feu, ni le vent dans un spectacle orienté sur les éléments de la nature intitulé Le feu, le vent et la neige.