Le premier film de Régis Roinsard, sélectionné pour cinq Césars, porte bien son nom. Plantant une héroïne supposément moderne dans un univers fifties très assumé, Populaire ne changera pas le monde, mais pourra en divertir plus d’un. Enfin, plus d’une!

Ariane Tapp

Courtoisie - Les productions du trésor

Populaire raconte l’histoire de Rose Pamphyle (Déborah François), maladroite jeune fille de province ayant en revanche le don de taper à la machine à un rythme incroyable, même à deux doigts. Un charmant assureur, Louis Échard (Romain Duris), lui promet le poste de secrétaire convoité si elle gagne un concours de vitesse dactylographique. Après un premier échec, le bon samaritain prend Rose sous son aile et devient son entraîneur. Vous devinez la suite.

Mièvre à souhait, le film ne respecte qu’à demi sa propre morale. En effet, s’il est plus important d’être aimé que d’être premier, c’était tout ou rien pour les héros. Il fallait une fin heureuse sans compromis, à New York, qui plus est, à ce pastiche des comédies classiques américaines. Et tant qu’à y aller dans le cliché, pourquoi ne pas en rajouter une couche avec la dernière réplique, en anglais : « America for business, France for love! »

Ajoutons encore quelques longueurs à cette histoire sur la rapidité et le long métrage qui se voulait léger devient un peu lourd. Toutefois, si on accepte d’emblée le pacte de lecture et qu’on se laisse gagner par la bouille attendrissante de l’héroïne et les nombreux clins d’œil, on rigole et on s’amuse. Après tout, « une championne ne pense pas, elle agit. »