Chaque année, la programmation tente de rejoindre les goûts des cinéphiles. «Cette année, l’ouverture s’est faite avec la première du film Reste avec moi et ça se termine avec un film magnifique, Des hommes et des dieux, qui représentera la France aux Oscars et qui a de fortes chances de remporter le prix du meilleur film étranger», confie Jacques Matte, le président du festival.

Le réalisateur Robert Ménard a donc présenté, le 30 octobre dernier au Théâtre du cuivre à Rouyn-Noranda, son film Reste avec moi, non sans nervosité: «Je le vois pour la première fois, en même temps que vous. J’ai donc très hâte de voir le résultat». Pour cet habitué du festival témiscabitibien, l’invitation à présenter son film est un honneur, surtout que l’évènement a une connotation toute particulière pour le réalisateur. «J’ai déjà gagné des prix du public ici, alors ce festival, c’est un porte-bonheur pour moi», exprime le réalisateur. Le comédien Louis Morrissette avoue ne pas être surpris que la première se déroule en Abitibi-Témiscamingue. «Robert Ménard a toujours eu une relation privilégiée avec le festival. Je sais que c’est un film qui est très personnel à lui et à la scénariste, Claire Wojas. Il y avait donc quelque chose de très logique dans tout ça», pense-t-il.

Le film raconte les histoires croisées de cinq personnages. «C’est un film chorale, c’est un film sur l’amour, sur la lumière et sur la réconciliation», affirme Robert Ménard. Pour Louis Morrissette, ce qui le touche dans ce film, «c’est que partout on rencontre des gens, on fait juste les croiser, mais on ne sait pas ce que ces gens-là trimballent, on ne sait pas quels drames les habitent. Dans le film, il y a quelque chose sur la tolérance, la compréhension, la solitude. En 2010, les gens vivent beaucoup chacun de leur côté sans se soucier des autres».

Le président Jacques Matte affirme que «les gens viennent de partout au Québec et à chaque année, les salles sont pleines». Les retombées économiques pour la région sont donc considérables. Toujours selon le président, «l’afflux de gens en région permet entre autres à l’hôtellerie et à la restauration de faire beaucoup de profits. Plusieurs forfaits incluant des nuitées, des repas et des billets pour le festival sont offerts aux gens de l’extérieur. Les retombées économiques représentent environ 1,5 million de dollars».