À l’initiative du projet, Mathieu Larrivée, directeur du Théâtre des Petites Garnottes, et Sophie Thibeault, comédienne, ont réussi leur coup: créer une soirée thématique d’improvisation théâtrale, sous la directive d’une personne invitée, libre dans ses choix.

Pour la première qui a eu lieu lundi le 15 novembre dernier, le maître de jeu était Steve Gagnon, un comédien qui a notamment écrit La montagne rouge (sang) en plus d’y jouer, et que l’on verra dans la pièce Roméo et Juliette. Mathieu Larrivée précise cependant que le meneur a une directive à suivre, qui est prévue au préalable. «On l’a rencontré avec Sophie juste avant pour lui expliquer justement l’idée d’avoir une balise, l’exemple de choisir un livre, de jouer avec la musique pour lancer une impro et de faire une pièce dans un lieu en particulier.»
 
Sans filet, six comédiens ont alors plongé dans l’univers créé par Steve Gagnon. Jean-Michel Girouard, Olivier Normand, Joëlle Bond, Maryse Lapierre et Sophie Thibeault se sont essayés dans un style qu’ils ne connaissaient aucunement. «Même face à la nouveauté, les comédiens se connaissent, c’est un petit milieu. Cela donne une belle ligne et un bel équilibre!», a précisé l’instigateur de la soirée.

Au fil de l’histoire

La soirée est organisée en deux parties. Tout d’abord, l’exploration, où divers thèmes d’improvisation sont abordés afin d’asseoir une base et de capturer des éléments. Ensuite, le remix dure une trentaine de minutes. Pour cette première soirée, le maître de jeu a décidé d’imaginer l’action à l’extérieur du Studio P. En pleine rue Saint-Joseph, les comédiens ont joué pendant quelques dizaines de minutes, sous les yeux du public, collé aux fenêtres du premier étage du Studio. Joëlle Bond, l’une des comédiennes a avoué avoir ressenti quelques appréhensions face à l’inconnu. «On avait de la pression au début, mais ensuite, avec notre complicité et face à la réaction du public, tout ça est parti, on s’est laissé aller.»

Pour la première, Josué Bocage du groupe Who Are You était le directeur musical. Le musicien a fait en sorte que la soirée baigne dans une ambiance très personnelle. Mathieu a confirmé l’importance de la présence de l’artiste: «C’est important de plonger le public dans une expérience théâtrale. Ce n’est pas une impro punch. Avec Josué, on peut laisser vivre les silences car la musique vient supporter la scène».

Prochainement

Pour les soirées à venir, les projets sont multiples. D’autres maîtres de jeu ont déjà été approchés. Cela reste à confirmer, mais Banc d’essai prévoit recevoir la grande comédienne québécoise Alice Ronfard.

Par le fait même et devant l’enthousiasme des gens du milieu, Mathieu et Sophie ne s’empêchent pas d’ambitionner. «C’est un peu l’effet papillon. On a un départ ici, mais peut être que dans trois ans, au Périscope, on aura un spectacle ou un gros laboratoire public», déclare Mathieu. En attendant, la prochaine édition se déroulera en février prochain, au même endroit.