Parmi les moules éparpillés et quelques palettes de bois se retrouvent les corps de plusieurs sculptures voilées par une couche de plastique. Ensuite, dans l’atelier de peinture à quelques pas du complexe Méduse, plusieurs tableaux de grand format sont adossés près d’un dessin gestuel qui est installé au mur. C’est alors que débute une discussion portant autant sur la genèse d’un projet de libre-échange que sur le cheminement de deux artistes qui se sont connus en fréquentant l’Université Laval lors de leurs études de baccalauréat. « On s’est perdu de vue lorsque Pascal a été faire ses études à Berlin », nous relate Simard. La résidence de production pendant la saison estivale a donc été un retour à Québec pour Gingras tandis que Simard a su profiter de vacances bien méritées des ateliers de l’Œil de Poisson pour se confronter à de nouvelles idées.

 

« Lors de nos correspondances, » continue Simard, « la façon dont on procède à la création d’une œuvre, est ce qui nous a poussé à avoir une prise de conscience. » C’est alors que les nouvelles pièces de chacun, issues d’une production distincte, ont vu le jour suite à un renversement des étapes de production. La structure rigoureuse et les gestes plus libres s’associent aussi à des techniques de revêtement décoratif tel le terrazo et la marqueterie. 

 

Les artistes ont aussi invité Francis Arguin à reprendre sa production vidéographie afin d’occupé l’entrée vidéo du Centre. Arguin propose alors Odyssée, une exploration répétitive, qui renforce une intrigue qui nous attend d’ici peu de temps.  

 

Quoi ? La Joconde

Qui ? François Simard, Pascal Gingras et Francis Arguin

Où ? L’Œil de Poisson, 541 St-Vallier est

Quand ? 9 septembre – 9 octobre