Voici enfin venue la soirée du cinéphile et de l’amateur de glamour, avec son interminable tapis rouge, ses présentateurs tirés à quatre épingles et son public qui s’ennuie ferme. Le dimanche 26 février prochain, l’animateur américain Jimmy Kimmel chauffera le Dolby Theater à l’occasion de la 89e cérémonie des Academy Awards. Comme le veut la tradition, Impact Campus vous offre ses prédictions et vous présente ses coups de cœur.

Le grand favori : La La Land, de Damien Chazelle

La La Land est une merveille. Un hommage sensible et touchant à l’âge d’or d’Hollywood, traversé de grandioses moments de magie et d’humanité. La comédie musicale du génial Damien Chazelle (Whiplash, lauréat de trois statuettes en 2015), parfaitement maîtrisée et superbement interprétée, fait d’ailleurs la course en tête avec ses 14 nominations.

1Sheet_Master.qxdDéjà, le long-métrage domine outrageusement la saison des récompenses. Le film a été couronné par la Broadcast Film Critics Association et les critiques de Boston, Londres, New York et Washington. Il a aussi été plébiscité par de nombreuses associations professionnelles (notamment la Directors Guild et la Producers Guild of America),
en plus de remporter cinq trophées aux BAFTA (les Oscars britanniques) dans les catégories de pointe et de triompher aux Golden Globes. Un parcours déjà auréolé d’une gloire totalement méritée : La La Land, faut-il le répéter, est un pur ravissement.

Dans ces conditions, le film part avec une longueur d’avance : on voit bien mal comment l’Oscar de la meilleure réalisation pourrait échapper au jeune prodige américain. Les prix décernés à la meilleure bande originale et à la meilleure chanson semblent aussi assurés au compositeur Justin Hurwitz, qui livre là un véritable chef-d’œuvre. La victoire est moins certaine dans la catégorie reine : les membres de l’Académie ont tendance à privilégier les drames bien dégoulinants pour le prix du meilleur film, même si cette année pourrait faire exception. Quant aux catégories d’interprétation, la lutte y est si serrée qu’Emma Stone et Ryan Gosling, pourtant magnifiques, pourraient bien se faire damer le pion par d’autres performances tout aussi méritoires.

Les prétendants : Moonlight de Barry Jenkins et Manchester by the Sea de Kenneth Lonergan

Deux drames de très grande qualité pourraient venir brouiller les cartes et ravir à La La Land la récompense tant convoitée. Avec Moonlight, émouvant portrait qui suit le destin d’un jeune afro-américain homosexuel issu d’un milieu difficile, le jeune cinéaste Barry Jenkins réalise un véritable tour de force. Son film, puissant et poétique, a reçu le Golden Globe du meilleur film dramatique en janvier et figure sur les palmarès de plusieurs grandes associations professionnelles et critiques.

Manchester by the Sea, le long-métrage acclamé du dramaturge Kenneth Lonergan, possède aussi ses chances. Ce drame remarquable et poignant, qui met en scène un homme taciturne forcé de revenir dans sa ville natale pour s’occuper de son neveu après la mort de son frère, a retenu la faveur de nombreux critiques. L’Oscar du meilleur acteur devrait logiquement revenir à Casey Affleck, bouleversant dans le rôle principal et dominant jusqu’à présent la saison des récompenses. On lui préfère toutefois Denzel Washington, couronné aux Screen Actors Guild Awards, et qui livre, dans l’adaptation cinématographique de la pièce Fences, une performance magistrale en chef de famille aimant et autoritaire, mais en pleine perte de contrôle. Viggo Mortensen, épatant dans Captain Fantastic, n’a pas non plus démérité.

La grande inconnue

C’est toutefois l’Oscar de la meilleure actrice qui sera cette année le plus chaudement disputé. Le choix, réellement, est crève-cœur, tant les nommées ont été éblouissantes. Ruth Negga (Loving) et la grande Meryl Streep (Florence Foster Jenkins) n’ont pas volé leur nomination, mais c’est entre Emma Stone, Isabelle Huppert et Natalie Portman que tout devrait se jouer.

La vedette de La La Land, absolument irrésistible de charme et de candeur, domine pour l’instant les pronostics. Isabelle Huppert, immense actrice française l’ayant coiffé plus tôt cette année aux Golden Globes, pourrait toutefois répéter son exploit tant sa performance de femme violée devenue maîtresse de son violeur, dans le délicieusement malsain Elle de Paul Verhoeven, est saisissante. Quant à Natalie Portman, elle offre une composition absolument remarquable en Première Dame des États-Unis dans le fantastique Jackie du Chilien Pablo Larrain, l’un des films les plus sous-estimés de l’année. Bref, on est loin des habituels couronnements!

NOS PRÉDICTIONS ET NOS CHOIX
Meilleur film 

Prédiction : La La Land, de Damien Chazelle

Choix : La La Land, de Damien Chazelle

Meilleur réalisateur

Prédiction : Damien Chazelle (La La Land)

Choix : Damien Chazelle (La La Land)

Meilleur acteur

Prédiction : Casey Affleck (Manchester by the Sea)

Choix : Denzel Washington (Fences)

Meilleure actrice

Prédiction : Emma Stone (La La Land)

Choix : Déchirant, mais puisqu’il faut choisir, Isabelle Huppert (Elle)

Meilleur acteur dans un rôle de soutien

Prédiction : Mahershala Ali (Moonlight)

Choix : Jeff Bridges (Hell or High Water)

Meilleure actrice dans un rôle de soutien

Prédiction : Viola Davis (Fences)

Choix : Viola Davis (Fences)

 Meilleur scénario adapté

Prédiction : Barry Jenkins (Moonlight)

Choix : Luke Davies (Lion)

Meilleur scénario original

Prédiction : Kenneth Lonergan (Manchester by the Sea)

Choix : Yorgos Lanthimos et Efthimis Filippou (The Lobster)