En Finlande, les résultats des derniers scrutins redessinent l’échiquier politique national. Les conservateurs ont remporté de justesse la bataille électorale du premier tour de la présidentielle alors que les nationalistes se sont avancés, et ce, contre toutes les attentes. Ainsi, sur les 200 sièges du Parlement, les conservateurs en ont remporté 44 contre 42 pour le parti social démocrate et 39 pour les nationalistes de droites avec le parti Vrais Finlandais.

Les nationalistes deviennent ainsi le troisième parti le plus important du pays bien qu’il soit le plus faiblement représenté au niveau parlementaire. Une victoire due, selon la presse locale, au discours populiste, eurosceptique et donnant à controverses certains sujets, comme celui de l’immigration et de l’identité finlandaise.

Les conservateurs, représentés par la Coalition nationale, ont déjà été à la tête du gouvernement sans jamais être représentés en première ligne au Parlement. Même si leur position est clairement pro-européenne, avec notamment l’aide financière apportée aux pays membres de l’UE. Ils n’auront donc comme nul autre choix que de constituer un gouvernement de coalition avec les nationalistes et les socialistes.

Le second tour est prévu le 5 février prochain, le favori du scrutin est le candidat conservateur représentant le parti de la Coalition nationale, Sauli Niinistö, qui est un fervent défenseur de la monnaie unique européenne.

La Finlande, c’est :

•      –          Population : 5 259 250 en juillet 2011

•      –          4 159 857 votants en avril 2011

•      –          Un régime semi-présidentiel

•      –          Un parlement avec 200 sièges