La place du Maroc et de l’Afrique était à l’Honneur lors de la conférence organisée par l’association des étudiants marocains de l’Université Laval (AMMUL). Sous la présidence de Mme. Nouzha Chezrouni, ambassadrice du Maroc au Canada, différents experts de l’Université ont discuté sur le thème de la place du Maroc dans le réveil Africain jeudi dernier à la salle Hydro-Québec du pavillon Desjardins-Pollack.

Selon Anass El Kyak, président de l’association des Marocains et Marocaines de l’Université Laval, l’événement cadre bien dans la mission de son organisation puisque la soirée permet, selon lui, de « faire connaître et rayonner le Maroc » tout en se rapprochant des étudiants venus du reste de l’Afrique et du monde.

Toujours selon lui, la présence de l’ambassadrice et le panel d’experts s’efforce de faire la promotion d’une Afrique dynamique, pas seulement un endroit où la famine règne, mais avant tout un endroit qui se développe très rapidement.

Une vision que partage l’ambassadrice : « Les médias ont une image négative de l’Afrique », explique-t-elle. Il s’agit toutefois d’un continent florissant de richesses, tant naturelles qu’humaines.

Outre Mme. Chezrouni, les panellistes sur place étaient : Karunga Diawara, professeur de droit, Muriel Gomez-Perez, professeure d’histoire et Francesco Cavatorta. Professeur de sciences politiques. Tous trois sont professeurs à l’Université Laval.