«Nous n'avons pas besoin d'une situation où la démocratie est réduite à une simple pancarte, lorsqu'un spectacle politique et un casting de candidats sont présentés comme le pouvoir du peuple.» C’est ainsi que Vladimir Poutine lance une pierre à l’opposition qu’il juge désorganisée. Il en rajoute que d’élire les candidats d’opposition actuelle serait l’équivalent de créer une «démocratie fictive» et estime qu’il s’agirait d’une «voie sans issue» pour le peuple russe. 

Les contestations actuelles, le candidat à la présidentielle Russe les imputent aux résultats  des politiques mises en place lors des ses mandats à la présidence et à son mandat comme premier ministre. Poutine juge que cesdites politiques ont permis à la classe moyenne russe de «sortir de son monde étroit» et ce serait exactement pour cette raison que les citoyens russes sont aujourd’hui «plus exigeants» envers les leaders. 

Contestations ou non, il semble présentement que l’élection de Poutine est inévitable puisqu’aucun autre candidat ne semble se démarqué malgré les grands mouvements de manifestation populaire. En effet, pour la troisième fois depuis le début de l’année, le mouvement «Russie sans Poutine» a réussi à réunir près de 50 000 personnes dans la capitale russe et près de 25 000 personnes en campagne selon les décomptes officiels de l’opposition. 

Rappelons que la campagne électorale présidentielle en Russie se tiendra jusqu’au début mars alors que les citoyens russes se rendront aux urnes le 4 mars pour remplacer leur président actuel, Dimitri Medvedev.