Depuis 1987, Impact Campus, c’est une succession de groupes d’étudiant.e.s qui se donnent corps et âme pour créer chaque semaine un journal à la hauteur de vos attentes. Nous avons laissé nos prédécesseurs vous faire part de leur expérience respective.

Mon Impact se tourne vers l’avenir

Par Henri Ouellette-Vézina
Journaliste, Journal Métro
Chef de pupitre aux Actualités et Rédacteur en chef d’Impact Campus 2016-2018

Quand je suis arrivé chez Impact Campus, à l’été 2016, j’ai constaté assez rapidement le potentiel et la pertinence de ce journal étudiant. Je ne me doutais pas encore que les prochains mois allaient être déterminants dans ma jeune carrière. J’y ai rencontré des personnes qui ont changé mon parcours, et couvert des réalités auxquelles je n’aurais jamais pu me confronter autrement. Au-delà de la formation qu’Impact a pu m’apporter, ce journal m’a surtout donné la passion d’entreprendre, autrement.

Et comme le journal évoluait, j’évoluais aussi de mon côté. Tout comme notre lectorat également. Les discussions entourant le virage numérique m’ont toujours émerveillé. Et de voir aujourd’hui l’équipe qui me suit prendre cette énorme mais importante décision – celle d’enclencher un virage vers un journal plus étoffé, plus pensé, plus fouillé – ça m’enthousiasme énormément. Je l’ai toujours dit : l’avenir d’un journal étudiant passe par la culture d’un lieu numérique, mais il passe aussi par la conservation de ce lieu précieux avec la communauté étudiante, et par un contenu de qualité sur toutes les plateformes. Un magazine mensuel me semble ainsi le format le plus valide, dans les circonstances.

Bien avant, pendant et après moi, ce journal a toujours été au cœur des préoccupations sur le campus. Ses artisans ont tout fait, alors qu’ils aiguisaient leurs premières armes en journalisme, pour fournir une information judicieuse, exacte et rigoureuse. Au-delà de son apport inestimable, ceux et celles qui s’impliquent lors de leur parcours universitaire savent de quoi je parle. S’impliquer à l’Université change une vie.

Et ce journal est, pour plusieurs jeunes journalistes, le tremplin dont ils besoin pour s’épanouir.

Printemps érable, démocratie étudiante, dénonciation des agressions sexuelles, mobilité durable ou politique : les journaux étudiants ont une richesse quand ils parlent de priorités chez les jeunes. Ils la vivent chaque jour, le voient et l’interprètent. Ils sont donc en mesure de mieux en témoigner.

Pour 2019, je souhaite à Impact Campus d’être à la hauteur de ses ambitions, de foncer dans de nouvelles aventures et, surtout, d’entreprendre encore et encore. S’intéresser à son journal étudiant, c’est aussi s’intéresser à sa communauté étudiante, à ses parties prenantes et à son influence sur l’extérieur.

Je souhaite aussi à ses artisans de se réaliser encore et encore, comme j’ai pu le faire pendant deux belles années. Longue vie aux institutions que sont les médias étudiants. Longue vie à la démocratie étudiante. Longue vie à Impact Campus, et à son nouveau modèle résolument tourné vers l’avenir. Je serai aux premières loges de ses premiers balbutiements.