Querida / Chère Abi, ces pages de souvenirs d’amour sont pour toi. Même si ça fait longtemps que tu nous as quittés tu restes présente en moi, autour de moi, avec moi.

Par Paula Casillas, directrice de production

… En un lugar de la macha… Con diez cañones por banda… y desde Madrid al cielo…

Je pourrais commencer cette lettre de mille façons différentes…une lettre difficile à faire apparaitre car elle s’écrit depuis le cœur. Abi, quand tu es partie tout a changé dans ma vie dans mon monde, dans le monde… Peut-être tu habites maintenant dans un moment intemporel, ta mémoire est présente dans le temps que nous vivons.

Surement tu le sais déjà, aujourd’hui on fait face depuis plus d’un an à une pandémie qui nous a confinés. Une situation d’isolement qui nous en a coûté beaucoup au niveau santé, corps et esprit. C’est là que je me suis dit que si tu étais encore avec nous, tu serais une des personnes qui en souffrirais le moins et qui en plus nous encouragerait, car tu as toujours été très positive et proactive à surmonter toutes sortes de difficultés.

Je garde dans mon imaginaire et mon cœur cette énergie et ce bonheur que tu m’as transmis… je me souviens quand on cuisinait ensemble tes recettes succulentes et extraordinaires, quand tu me lisais ces belles histoires d’un passé inconnu mais vécu du Madrid de ta jeunesse…ou le livre de Cervantes « L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche » que tu connaissais presque par cœur, puis tes poésies qui me faisaient rêver… Quel incroyable potentiel tu avais pour apprendre et pour transmettre aux autres l’importance de la culture, de l’éducation, de l’orthographe, du dessin et d’être en tout moment créative et innovante.

Que sont les adieux sinon les salutations déguisées en tristesse ? Le temps passe aussi vite que grandit la nostalgie du temps passé… quand je regarde tes dessins, tes photos, quand je cuisine ta recette préférée, cette incroyable béchamel la meilleure au monde pour moi… les vidéos de ma mère qui me font revivre les moments de jeu et d’amour avec toi.

Mosaïque par Paula Casillas

Je me souviens comment après ton départ, je pleurais chaque fois qu’on prononçait ton nom. Je ne pouvais pas croire que tu n’étais plus là, que tu ne serais plus là pour que je t’embrasse.

Tu me disais souvent que la vie est un petit espace de lumière entre deux nostalgies: celle de ce que tu n’as pas encore vécu et celle de ce que tu ne pourras plus vivre… Tu m’as appris le bonheur de vivre, d’aimer les autres et de les comprendre, de lutter jusqu’à la fin de tes forces… ne jamais abandonner, résister à toutes circonstances étaient pour toi le défi majeur de nos vies… celui qui résiste gagne « suscipit quis resistit », une citation latine stoïque très aimée par toi.

Merci… ces mots sont pour te remercier pour tout ce que nous avons vécu, le temps passé ensemble marqué de souvenirs inoubliables, mais le plus important, ce sont les valeurs que tu m’as enseignées et comment cela a fait de moi une femme qui respecte les autres, aide tous ceux qui ont besoin, et qui comme toi est une fidèle rêveuse et une bonne personne.

Nostalgie de toi Abi.