Rubrique santé mentale

Cette chanson des années 2000 que vous chérissez tant et qui vous plonge dans un sentiment de nostalgie presque à chaque fois que vous l’écoutez pourrait-elle avoir des vertus sur votre santé mentale? Les études qui ont été menées à travers le monde au cours des dernières années tendent à prouver que la nostalgie est loin d’être négative sur votre moral, bien au contraire.

Par Andrei Audet, chef de pupitre société

Une vie avec plus de sens

Lorsque vous êtes au plus bas et que vous remettez en question vos choix de vie, la nostalgie pourrait être votre meilleure alliée. Se remémorer les moments de notre vie où tout allait mieux peut contribuer à maintenir une « certaine cohérence identitaire ». Hedwige Dehon, chercheuse à l’unité de recherche en psychologie et neurosciences cognitives de l’Université de Liège (située en Belgique) a amené l’hypothèse, lors d’une entrevue avec le magazine belge Athena, « que les souvenirs à coloration nostalgique, par exemple ceux où l’on se réfère à des activités de jeunesse, favorisent l’estime de soi et une forme de bienveillance envers le self à travers ce que l’on a pu vivre ou été capable de réaliser dans le passé ». De cette façon, l’être humain est en mesure d’entrevoir l’avenir d’une façon plus positive et conséquemment, en capacité de s’ouvrir à de nouvelles expériences dans le futur.

Une plus grande ouverture aux autres

Se remémorer les souvenirs du passé pourrait faire de vous une personne plus encline à porter attention à l’autre, surtout si elle vit des difficultés. La science a permis de déceler en la nostalgie une fonction sociale qui permet une « connexion aux autres » renforcée. Dans une étude où les participants nostalgiques étaient séparés de ceux qui ne l’étaient pas, les chercheurs ont remarqué des « comportements d’aide et de proximité physique » plus accrus chez le premier groupe. Selon eux, les participants nostalgiques se souciaient plus des « membres stigmatisés de leur groupe qui souffraient d’obésité ou de maladies mentales » et désiraient en apprendre plus sur ces derniers.

Le bonheur retrouvé

Il serait parfois nécessaire de se replonger dans notre passé pour passer de l’état de tristesse à celui de bonheur. Surprenant si nous considérons que la nostalgie était qualifiée de « maladie cérébrale » au XVIIe siècle. Balayons donc pour le bien des prochaines lignes, l’idée que ce sentiment s’arrime à la mélancolie et à ses côtés dépressifs. Les recherches démontrent qu’une personne nostalgique se remémore plus souvent des moments heureux de sa vie, qu’on pense à un mariage, une fête entre ami(e)s ou encore à un voyage mémorable.

Un couple plus soudé

Les partenaires d’un couple qui s’échangent des souvenirs de type nostalgique seraient plus « heureux et liés » si nous nous fions à l’équipe de chercheurs dirigée par le professeur Constantine Sedikides, basé à l’Université de Southampton en Angleterre. D’où l’importance selon Dr Sedikides de « créer des moments qui deviendront mémorables et viendront nourrir le sentiment nostalgique plus tard ».

La permission de s’écouter

La nostalgie peut être un bon indicateur que quelque chose ne fonctionne pas comme vous le voudriez dans votre vie, selon Nadine Descheneaux de Canal Vie. Il est donc important de s’arrêter un moment et de comprendre d’où vient une vague de nostalgie. Des changements s’imposent peut-être pour retrouver ce qu’il y avait de si savoureux dans le passé. L’idée n’est pas de vouloir retrouver à tout prix « une vie antérieure », mais plutôt de trouver des moyens d’être heureux comme auparavant, surtout si vous vivez la nostalgie plus difficilement que d’autres. L’une de ces astuces serait de reconnecter avec des personnes qui nous étaient importantes dans le passé et que nous avons peut-être mises de côté par manque de temps.

Si vous ressentez le besoin d’obtenir de l’aide au plan de la santé mentale, des ressources existent : Info-social au 811 – Jeunesse, J’écoute au 1-800 668-6868 – Centre d’aide aux étudiant.es de l’Université Laval via leur site web.