Il est 6h du matin, encore dans le formol post-nocturne, j’ouvre mon téléviseur. Une vieille boîte de conserve brune avec une roulette de 10 postes, de quoi donner hâte au futur. Mais, c’est tout ce que ma chambre me donne comme luxe. «Venez célébrer le cinquième anniversaire du Boston Pizza de St-Bruno», y lance une voix trop enjouée. Ma boîte à image me parle d’un film en trois dimensions et m’offre d’échanger mon or contre de l’argent comptant.
Ah! Ces jours qui débutent par de la publicité. À vrai dire, j’ai un peu peur du futur, avec les images en trois dimensions qui envahissent progressivement nos écrans. Un jour, on va avoir la grosse face de Jean-Luc Mongrain avec des yeux 3D pour nous conseiller sur la vie. Ou des publicités de Tanguay Électronique avec leur annonceur frisé tout en relief. Je te préviens Futur, si tu m’emmerde en me projetant des laideurs en trois dimensions, je te boycotterai en me réfugiant dans le passé. Tiens!
Revenons à nos moutons, le nec plus ultra de la trois dimension: les films de série B. Je m’imagine les tempêtes d’idées des scénaristes: «Quel animal particulier et inédit pourrait découper les adolescents de notre prochain long-métrage? Lequel n’a pas encore été pris?» Le piranha est la dernière idée de génie qu’on ait eu… Depuis ce triste matin, je n’écoute plus vraiment la télévision. Que pour le hockey et les nouvelles du sport. Bref, depuis ce triste matin, je me suis tourné vers l’essentiel et  j’ai pris des précautions.

Finies les coquilles quand j’écris l’adresse d’un site Internet. Trop de sites parasites vivaient aux dépens de mes fautes de frappe. Maintenant, je nourris mon envie de découverte sur zombo.com en me demandant: «à quand la sortie d’un porno en 3D.» Ou n’importe quelle autre question de première importance. Je prédis que ce sera un film vraiment immersif. Un chef-d’oeuvre de la création. Je vous laisse deviner le punch final de ce long métrage en vous demandant pardon si vous me lisez en mangeant.

En parlant de manger, êtes-vous pour ou contre le retour des yogourts avec les fruits au fond? Pourquoi a-t-on aboli cet aspect «mélange toi-même ta bouffe» si original? Il ne me reste que les petits bâtonnets de pâte salée qu’on trempe dans une sorte de Cheese Whiz visqueux. Le bastion de la création sur lequel j’assieds ma position de dédain. En attendant le futur, avec des pincettes, parce que jusqu’à maintenant, je suis loin d’être impressionné.