Cet article est publié ici grâce à la Presse étudiante francophone. Il est issu de Quartier Libre et l’auteure est Marie-Pier Chassé. Lien vers l’article original.
La citrouille, emblème incontestée de l’Halloween, est l’aliment-vedette dans les marchés à l’automne. Non loin sur les étalages, on retrouve aussi plusieurs autres membres de la grande famille des courges. Bien qu’elles soient consommées depuis plus de 10 000 ans, elles demeurent méconnues et négligées dans notre alimentation d’aujourd’hui. Pourtant, la citrouille et les courges possèdent le net avantage de leur polyvalence, en plus d’être très abordables à cette période de l’année.

Ces fruits, utilisés le plus souvent comme légumes, doivent être cuits avant d’être consommés. La chair colorée des différentes courges se cuisine tant en potage que rôtie, en purée ou gratinée. Dernièrement, je me suis inspirée d’une recette de potage à la courge musquée que j’ai servie froide et garnie d’une touche de yogourt nature et de ciboulette ciselée. Des saveurs automnales, mais rafraîchissantes. En pâtisserie, les courges contribuent à réduire la quantité de matières grasses dans les recettes de tarte, de gâteau et de muffins. Sur son blogue Trois fois par jour, Marilou propose même une recette simple et économique de smoothie à la citrouille.

Pas de gaspillage

On ne jette surtout pas les graines. Il suffit de les faire rôtir doucement au four avec un filet d’huile d’olive et de les assaisonner à notre goût. Voici d’ailleurs quelques propositions de recettes sucrées ou salées. Elles feront une collation originale et pleine de croquant qui s’apporte facilement dans le sac à dos.

Les courges sont une excellente source de potassium et de vitamine A.

Au Québec, on cultive près de 200 variétés de courges de couleurs, de formes, de taille et de saveur très variées qui se divisent en deux groupes, les courges d’été et celle d’hiver. Contrairement aux courges d’été, comme le zucchini, les courges d’hiver sont cueillies à pleine maturation. Leur peau est plus épaisse, coriace et non comestible. La courge d’hiver la plus connue est la citrouille. La courge musquée (ou courge butternut), la courge poivrée, la courge buttercup et la courge spaghetti en sont d’autres exemples qui méritent d’être découverts.

Du point de vue des qualités nutritionnelles

Les courges d’hiver, contrairement aux courges d’été, contiennent des glucides. Elles contiennent donc plus de calories. Elles sont une excellente source de potassium et de vitamine A, qui servent respectivement à la contraction musculaire et au renouvellement des cellules. Quant aux graines, elles sont riches en protéines et en fibres alimentaires, et elles contiennent moins de gras que les noix.

Dans un endroit frais et sombre, la citrouille entière peut se conserver plusieurs mois. Cela laisse amplement le temps de trouver différentes façons d’apprêter cette courge qui décore l’entrée de la maison. Une fois coupée ou cuite, elle peut être réfrigérée durant une journée ou deux. Elle se congèle également très bien, surtout cuite ou réduite en purée.

Saviez-vous que plusieurs vergers et producteurs maraîchers offrent également l’auto cueillette des citrouilles et autres courges ?

Référence:

L’encyclopédie visuelle des aliments, Édition Québec Amérique, 2006, p.72 à 79.