Le premier avril 2014, Impact Campus apprenait que la vie sur le Campus de l’Université Laval serait à jamais transformée. Les longues négociations entre le ministère de l’Alimentation et de l’Hydratation et le CCPUL (Club Contre le Plastique de L’Université Laval) concernant la vente de bouteilles d’eau sur le Campus auraient abouti à une surprenante conclusion : chacune des machines distributrices d’eau sur le campus sera remplacée par une fontaine de boisson pétillante qui connaît un regain de popularité chez les universitaires nord-américains, le Mountain Dew.

Miléna Babin                                                    

« Les discussions ont été très ardues », avoue le ministre de l’Alimentation et de l’Hydratation, Yves Lamontagne. « Les deux partis avaient des idées, des intentions fixes. Les étudiants voulaient qu’on condamne les bouteilles d’eau sur le Campus pour des questions environnementales, mais de notre côté, on avait des contraintes tout aussi importantes à respecter. Au bout de quelques jours, on s’est assis et on a réalisé que si on voulait ce qu’il y a de mieux pour les étudiants, il fallait travailler ensemble. »

Le devoir de monsieur Lamontagne consiste à s’assurer que tous les étudiants puissent en tout temps s’abreuver d’une boisson jugée acceptable par le CSEPQ (Comité de Surveillance de l’Eau Potable du Québec), et ce, gratuitement. « Pour être jugée acceptable, 250 ml (une tasse) de la boisson doit contenir au minimum 80 % des minéraux essentiels à la croissance d’un adulte. Les seuls choix qui s’offraient à nous, c’était le lait au chocolat, la bière et le Seven Up. Le lait au chocolat était une alternative beaucoup trop dispendieuse, sans compter que de nombreux étudiants sur le campus souffrent d’allergie au lactose. La bière, vous devinez que ça aurait été très mal vu par le Pub universitaire et Le Seven Up, ils ne nous offraient rien d’intéressant en échange. »

Le président du CCPUL, Mario Blanc, se dit très satisfait de la tournure des évènements. « Je tiens à préciser qu’on est allé au bout des choses. On s’est entouré de gens qui s’y connaissaient en la matière. Je pense à Louise Letarte, notamment, qui s’est assuré que le Mountain Dew possédait bien toutes les vitamines nécessaires au bon développement du corps humain. Sachant que l’âge moyen du Lavallois est 21 ans, soit le cœur de la période post-puberté, c’était d’autant plus important qu’on mise sur le breuvage qui répondait le mieux à ses besoins. »

Ayant eu vent de cette histoire, l’entraîneur en chef du Rouge et Or a annoncé sur les réseaux sociaux qu’il désirait appuyer les partis en déboursant le montant nécessaire afin qu’une deuxième couleur de Mountain Dew soit distribuée. « Ça fait longtemps que je veux remercier les Lavallois pour leur support. J’ai congédié cinq cheerleaders pour offrir des fontaines du nouveau Mountain Dew Rouge du Rouge et Or. Je suis fier d’annoncer que pour une durée d’un an à partir d’aujourd’hui, le premier avril, les couleurs du Rouge et Or couleront à flots dans tous les pavillons. Ça vous est offert par des champions, on vous invite à boire comme des champions ! » conclut-il en riant.

Les installations seront disponibles dès le premier mai 2014 et seront en place pour une période d’essaie de cinq ans, après quoi, un appel d’offres sera lancé pour donner la chance aux autres fournisseurs. À cette heure, Impact Campus n’était pas en mesure de dévoiler l’identité de tous les prétendants, mais Sodexo, Cuisine Campus et Bernard Drainville faisaient circuler ce matin même un communiqué dans lequel chacun d’entre eux admettait évaluer sérieusement l’opportunité.