Le campus vibrait littéralement au rythme de la Coupe Vanier cette semaine. Je ne suis pas un amateur notoire de football, comme le relate mon expérience au match contre Sherbrooke plus tôt cette saison, mais cette fois, j’me suis dit que j’avais pas le choix de participer aux festivités.

Malheureusement, ç’a pris trop de temps me décider, et jeudi midi, il n’y avait déjà plus de billets en vente. 18 000 places dans le stade et il n’y en a pas une pour moi? Misère. Au moins je n’ai pas manqué le party qui précédait le match : le tailgate!

Je me suis pointé dans le stationnement du Stade Telus à 11h environ, et c’était le dawa. Les barbecues, les jeux gonflables, le show rock ; vraiment tout ce que j’espérais y était.

Et le monde était fou (en passant tout ce que je dis ici est positif)! Des gens du Centre-du-Québec étaient arrivés à 2H DU MATIN et montraient un cercueil dans lequel on retrouvait un dinosaure. Un gars, lui, était arrivé à 4h20 tout de suite après la fermeture des bars… Il jouait au beerpong avec ses chums qui eux avaient aussi une Xbox dans l’auto pour jouer à Madden. Plus loin, une vingtaine d’hommes déguisés en père Noël avaient fait le voyage d’Ottawa pour le simple amour du football.

Puis, la « Merveille Rouge et Or » a pris la parole pour enflammer les partisans juste avant le match, accrochant au passage les Carabins de l’Université de Montréal (les éternels deuxième?), et la foule a envahi le stade.

De mon côté, j’ai ramassé une couple de côtes levées pis j’suis retourné chez moi pour faire des devoirs. Tsé, la fin de session arrive à grands pas…

Ok, non c’est pas vrai. J’ai écouté le match. Pis j’ai pas regretté!

« We are the champions, my friend… »