Si vous êtes un amateur de sorties au restaurant, vous avez sans doute déjà eu droit à de mauvaises surprises. Que ce soit un cheveu dans une assiette ou des frites trop sèches, les possibilités sont multiples. Et jusque-là, il n’y a rien de surprenant. L’erreur est humaine.

Dans certains restaurants, c’est la livraison qui laisse à désirer. C’est ce que j’ai appris, à mes dépens, la semaine dernière. Imaginez-vous commander une quantité de côtes levées suffisamment grande pour pouvoir les partager. Une demi-heure plus tard, vous ouvrez la boîte, prêt à vous régaler. Surprise! La moitié de votre repas est discrètement restée chez le rôtisseur.

Comment doit-on réagir dans ce genre de situation? Deux options sont possibles. On peut se contenter de ce qui a été livré et accepter de ne pas en avoir pour notre argent ou on peut aussi contacter le restaurant et demander dédommagement. C’est ce que j’ai fait. La gérante m’a dit d’attendre que le livreur revienne avec la bonne boîte. En échange, je devais lui redonner la mauvaise, avec la nourriture à l’intérieur.

Après avoir attendu une demi-heure de plus et avoir procédé au fameux échange de boîtes, j’ai eu droit à une autre surprise. Cette fois, il y avait la bonne quantité de côtes levées. Mais pas une seule frite! Pour faire une erreur après avoir pris entente avec un client, il faut être mêlé rare.

Encore une fois, j’ai contacté la rôtisserie. On m’a transféré à la même personne. La gérante m’a proposé de faire un autre échange de boîtes. Eh oui, un autre. À quoi bon? Comme on dit, jamais deux sans trois. Je me demande à quelle surprise j’aurais eu droit dans ma boîte cette fois-ci. Plutôt que de continuer d’attendre pour le savoir, j’ai décidé de passer à l’essentiel : manger.