Le 14 février dernier, ce sont des millions d’accrocs de la série américaine House of Cards qui se sont installés pour un marathon de 13 épisodes. Parmi les admirateurs du machiavélique Frank Underwood (Kevin Spacey) et de sa femme Claire (Robin Wright), on retrouve Dave-Éric Ouellet, alias le drolatique Mc Gilles, qui possède un baccalauréat en science politique de l’Université Laval.

Maxime Bilodeau @bilodma

Impact Campus : Sur une note personnelle, quel rapport entretenez-vous avec House of Cards?

Dave-Éric Ouellet : Ma collaboration à C’est juste de la TV m’amène à me taper de 35 à 40 heures de télévision par semaine, dont certaines sont parfois très longues. Vous devinerez donc que j’essaye de faire autre chose que de regarder un téléviseur lors de mes passe-temps. Or, avec House of Cards, c’est différent. En fait, c’est une des rares séries que je suis prêt à consommer en dehors de mes heures de travail, pour mon simple plaisir et non pas parce que j’en suis forcé. Généralement, une telle chose est un gage d’appréciation et de qualité!

IC : Jusqu’à quel point ce qui nous est présenté dans cette série est-il réaliste?

Dans le genre d’analyse des coulisses du pouvoir, je trouve que c’est assez réussi. Bien sûr, le tout est romancé. Bien sûr, il faut en prendre et en laisser. Par contre, plusieurs des thèmes qui y sont abordés trouvent une résonance dans le vrai monde. Le jeu des alliances parfois improbables, les trahisons à l’intérieur d’un même parti, le prix à payer pour accéder au pouvoir : ce ne sont que quelques-unes des difficultés auxquelles un politicien est inévitablement confronté dans sa carrière. La force d’House of Cards, c’est de les mettre en lumière. C’est d’ailleurs ce qui confère au tout; une bonne dose de réalisme.

Iriez-vous jusqu’à dire que la fiction qui y est présentée rattrape parfois la réalité?

Oui, certainement. Prenons par exemple le Parti québécois qui, par l’intermédiaire de la Ministre des Ressources naturelles Martine Ouellet, a annoncé qu’il autorisait l’exploration pétrolière sur l’île d’Anticosti. N’est-ce pas étrange que la Ministre ait soudainement changé son fusil d’épaule alors qu’elle disait, il y a quelques mois à peine, que cela (p-ê mot plus précis) ne se ferait pas? Que s’est-il passé entre-temps? Les rouages de la politique dont j’ai parlé précédemment constituent probablement quelques éléments de réponse.

En quoi la série House of Cards est-elle révolutionnaire?

L’initiative que prend Netflix, un fournisseur web de contenu, c’est-à-dire d’offrir tout d’un coup treize épisodes d’une grande qualité, est en soi une première. Cela change complètement la manière de faire et de consommer de la télévision. Fini la dictature des cotes d’écoute. Fini l’attente interminable d’une semaine entre les épisodes. En fait, le bouleversement est tel que plusieurs câblodistributeurs et fournisseurs de service Internet américains n’hésitent pas à mener une guerre judiciaire à Netflix. Ils voient la tarte s’en aller de plus en plus du côté des produits disponibles en flux continu et ils n’ont pas d’autres choix que de réagir.

Certains accusent la série House of Cards de tenir un propos très cynique envers la politique et le politique. Qu’en pensez-vous?

À mon avis, la critique cinglante d’House of Cards n’est pas tant adressée à la chose politique comme à l’être humain. À preuve : tous les personnages qu’on voit dans la série sont soumis à des dilemmes moraux parfois déchirants. Qu’ils soient politiciens, journalistes ou autres, ils sont tous amenés à se poser des questions comme : dois-je coucher avec untel pour obtenir de l’avancement? Dois-je trahir untel pour prendre sa place? Au final, les décisions qu’ils prennent les placent dans une zone d’ombre. Comme dans la vraie vie, il n’y a personne de complètement gentil et de complètement méchant.

**

En plus de chroniquer à Infoman M. Ouellet décortique le petit écran pour C’est juste de la TV.

Saviez-vous que :

  • Barack Obama est un adepte d’House of Cards? D’ailleurs, il a tweeté : « Pas de spoilers, s’il vous plaît. » la veille de la sortie de la seconde saison, implorant les réseaux sociaux dévoiler les intrigues.
  • House of Cards est une adaptation d’une série britannique des années 90 qui, en elle-même, est basée sur un roman de Michael Dobbs paru en 1989.
  • Une troisième saison a déjà été annoncée plus tôt ce mois-ci.