Un choc électrostatique survient lorsqu’il y a transfert de charges électriques négatives (électrons) entre le corps d’une personne et l’objet que celle-ci touche. Cet échange vise à rétablir l'équilibre électrostatique que l'objet a perdu en se frottant à un autre objet ou en étant touché.

En fait, deux objets se retrouvent en déséquilibre électrostatique lorsque l'un donne des électrons à un autre. Ils sont alors chacun positif et négatif à la fois, et les frotter ensemble ne fait qu'accélérer l'échange d'électrons. Ainsi, dès que quelqu’un touche l'un de ces objets, il reçoit un choc électrostatique provenant d'un nouvel échange d'électron qui rétablit l’équilibre électrostatique. Les deux objets frottés doivent toutefois être faits de matériaux isolants. «Les électrons doivent rester à la surface de l’objet pour qu’il y ait transfert», explique Maxime Dubois, professeur en génie électrique à l’Université Laval. «Dans le cas d'un conducteur comme le cuivre, les électrons ne restent pas à la surface de l’objet, ils le traversent», ajoute-t-il.

La force de la décharge dépend surtout de la nature de l'objet qu'on touche. Dans le cas d’un matériau très isolant (plastique, caoutchouc), la décharge peut être tout à fait imperceptible. Au toucher d’un matériau conducteur (une poignée de porte en métal, par exemple), la décharge est par exemple beaucoup plus forte, étant donné que le transfert d’électrons se fait plus rapidement.

Sur le bout des doigts
Par ailleurs, les décharges qu’une personne peut donner ne proviennent pas toujours directement de vêtements ou de souliers qui ont été frottés. Selon le professeur Dubois, lorsqu’un vêtement est chargé d’électrons, ces derniers repoussent par magnétisme les électrons présents sur la peau jusqu'aux extrémités du corps (les doigts par exemple). Ces électrons sont alors en quantité suffisante pour produire une décharge en cas de contact avec un objet ou une personne. Ainsi, ce n’est pas directement la charge du vêtement qui cause le choc électrique, mais des électrons qui ont été repoussés à la surface de la peau.

Contrairement aux objets isolants, la peau est pratiquement incapable de recevoir des électrons supplémentaires. «La surface du corps est à la fois un mauvais conducteur et un mauvais isolant, ce qui fait en sorte qu’elle ne peut pas se charger d’électrons aussi facilement que la plupart des matériaux isolants», explique le professeur.

Si vous êtes fatigué de voir vos cheveux ou ceux de vos amis se dresser, il est à noter que certains facteurs limitent les possibilités de recevoir une décharge électrique. Le fait d’avoir les mains humides, par exemple, empêche les charges statiques de s’accumuler. Il suffisait de le savoir !