Les femmes de 21 ans et plus sont conviées à une clinique gratuite de test Pap le mercredi 21 octobre, de 16 h à 20 h, au Centre hospitalier de l’Université Laval (CHUL). Cette initiative des médecins résidentes et résidents du département d’obstétrique-gynécologie du Centre hospitalier universitaire de Québec s’inscrit dans le cadre de la semaine de sensibilisation au cancer du col de l’utérus.

« Cette activité ouvre la possibilité à des dames n’ayant pas de médecin de famille de subir un test Pap », soutient Joalee Paquette, résidente en obstétrique et gynécologie et organisatrice de l’événement. Cette intervention, qui consiste à prélever des cellules du col de l’utérus afin d’ensuite les analyser, est l’outil de dépistage par excellence du cancer du col de l’utérus.

« Plus nous détectons des cellules précancéreuses tôt, meilleures et plus efficaces seront nos interventions subséquentes », affirme la résidente de deuxième année. Exit la chimiothérapie, la radiothérapie ou l’hystérectomie [chirurgie qui permet d’enlever l’utérus] : des traitements moins invasifs seront mis en place advenant l’éventualité d’un test positif.

Malheureusement, beaucoup de décès sont liés à une détection trop tardive de lésions cancéreuses. Sur les 400 000 Canadiennes qui obtiennent chaque année un résultat anormal au test Pap, environ 1500 reçoivent un diagnostic de cancer du col utérin. Près de 400 décèdent d’avoir trop attendu. De là l’importance de subir un test Pap aux deux à trois années, ce que ne fait pas une femme sur trois au pays.

Les jeunes femmes, âgées de 21 ans et plus, sont aussi concernées. « Même si la majorité des cas de cancers du col sont chez des clientèles relativement âgées, il y en a tout de même chez celles plus jeunes », souligne Joalee. À noter qu’il sera également possible de passer un test de dépistage pour la chlamydia et la gonorrhée.

La clinique aura lieu au sous-sol du CHUL, à la clinique de gynécologie. Cinq résidents seront sur place pour faire passer les tests de dépistage. Le tout sera supervisé par Jean Grégoire, gynécologue-oncologue au CHUL. Prière de prévoir une dizaine de minutes pour vous créer une carte de l’hôpital du CHUL à l’admission si vous n’en possédez pas. Les résultats vous seront envoyés par la poste.

En 2014, une quarantaine de femmes s’étaient présentées à la clinique sans rendez-vous.

Pour toute information, écrivez au joaleep@gmail.com