L’école d’été en agroécologie verra un de ses projets se concrétiser, au printemps prochain, alors qu’une pastille conçue par des étudiants selon des principes agroécologiques sera intégrée aux nouveaux aménagements entre les pavillons Charles-De Koninck et Jean-Charles-Bonenfant.

Dans le cadre de leur formation à l’école d’été, les étudiants ont présenté des projets d’aménagement agroécologique pour le campus. Parmi la dizaine de projets soumis par les étudiants, un seul a été retenu et présenté au bureau de l’aménagement du campus, celui de forêt nourricière étagée.

Deux pastilles d’un diamètre de trois mètres accueilleront différentes variétés de plantes comestibles vivaces, d’arbustes et d’arbres fruitiers. Les végétaux choisis rempliront plusieurs fonctions, de façon à ce que les pastilles soient autonomes et ne nécessitent aucun soin particulier.

« Qu’elles soient comestibles, fertilisantes, pollinisatrices ou nourricières, les plantes ont été soigneusement choisies de façon à ce qu’elles se complètent bien et qu’elles résistent bien au climat québécois », explique l’étudiante à la maîtrise en agroforesterie et conseillère consultante pour Agriculture vivante, Caroline Dufour-L’Arrivée.

Selon l’auxiliaire d’enseignement, Geneviève Larouche, les étudiants ont redoublé d’audace en profitant des travaux en cours pour présenter un projet qui utilise les aménagements prévus et qui est réalisable à court terme et à coûts égaux. Si bien que le bureau d’aménagement a accepté la proposition.

Elle soutient que c’est une grande victoire pour la Chaire en développement international, puisque l’Université Laval s’est montrée intéressée à des collaborations futures.

« On espère amener le projet à une plus grande échelle. On veut créer des activités permanentes de récolte sur le campus. C’est une belle occasion d’enseigner aux étudiants », conclut Caroline Dufour-L’Arrivée.