Mythe bien enraciné! Tout d’abord, d’où vient-il? Le jour, en absorbant le gaz carbonique, les plantes produisent de l’oxygène, dont nous avons besoin pour respirer. La nuit, c’est l’inverse: elles absorbent de l’oxygène et produisent du gaz carbonique.

Ainsi, on croyait que si on dormait dans une pièce où il y a une plante, on risquait de manquer d’oxygène. Mais en une seule nuit, une plante ne peut pas générer assez de gaz carbonique pour nous incommoder. Et, en 24 heures, elle rejette beaucoup plus d’oxygène qu’elle n’en consomme!

Saviez-vous qu’en plus de produire de l’oxygène, une plante purifie l’air de notre maison? La colle, la peinture et les produits d’entretien ménager, tout comme la fumée de cigarette, dégagent des vapeurs toxiques.

Pour éliminer ces produits nocifs, on peut utiliser un purificateur d’air. Mais une autre solution, tout aussi efficace, s’offre à nous: cultiver des plantes vertes!

Les feuilles des plantes laissent entrer les produits chimiques pour ensuite les éliminer. Le procédé semble toutefois différent selon les espèces: celles-ci n’absorbent pas toutes les mêmes substances et ce, en même quantité.
Pour une purification optimale de l’air d’une maison, on suggère d’avoir au moins une plante purifiante par pièce.

Une plante suggérée : la Sanseveria trifasciata, appelée «langue de belle-mère». Cette cousine éloignée de la famille des cactus apprécie le plein soleil et ne nécessite pas beaucoup d’eau. Un choix idéal pour les pouces vert pâle!