Twitter pose une question simple aux internautes : «Que faites-vous?» Ça semble bien anodin et complètement inutile, mais en février dernier, sept millions de personnes dans le monde entier répondaient plusieurs fois par jour à cette question. Tous peuvent suivre les faits et gestes et les pensées quotidiennes de chacun et même les commenter à volonté. Ce qui laisse peu de temps pour «la vraie vie», celle dans laquelle les gens se dédient au travail.

La majorité des utilisateurs de Twitter ont justement entre 25 et 50 ans et font donc partie des travailleurs. Selon les statistiques compilées par la firme spécialisée du web, Neilson Online, 62% des Tweeters accéderaient à leur compte Twitter au travail, pour y rester environ sept minutes.

L’effet Oprah
Lorsque la célèbre animatrice américaine Oprah Winfrey a annoncé qu’elle-même s’était jointe à la communauté Twitter en avril, la popularité du site est montée en flèche. Depuis, plus de 800 000 personnes surveillent quotidiennement sa réponse à «Que faites-vous?».

Considérant de ce fait que le réseau personnel de l’animatrice ne compte qu’une dizaine de personnes, il est justifié de se demander si Twitter s’imposera comme un outil de communication unidirectionnelle pour les stars.  Serait-ce un habile moyen de propager une information ciblée à beaucoup de gens en peu de temps?

La consultante web Michelle Blanc lançait l’idée à l’émission de Christiane Charrette à la Première chaîne de Radio-Canada, le mois dernier. Moins de magazines à potins et de paparazzi dans les pattes, ça semble parfait, d’autant plus que les fans ont l’impression d’être plus près de leur vedette préférée. Britney Spears sort de chez le coiffeur et vous l’avez su en premier… Vous et un million et demi d’autres internautes! Rien n’assure toutefois que ce soit bel et bien Madame Spears qui mette à jour sa page Twitter : certaines vedettes engageraient des assistants pour le faire à leur place.

S’improviser journaliste
Twitter sert à informer avec la vitesse de l’éclair, ce qui peut évidemment se révéler très utile dans certaines situations. Lors des violents feux de broussailles survenus en Australie en février dernier, Twitter a de ce fait servi aux autorités locales pour informer rapidement la population sur l’avancement des incendies. Le Premier ministre Kevin Rudd a même mis la main à la pâte en diffusant les mêmes informations sur sa propre page Twitter.

Une guerre de réseaux sociaux
La croissance phénoménale de Twitter dépasse proportionnellement celle de Facebook, alors que le nombre d’inscrits a bondi de 1382% en 2008, contre 228% pour Facebook. En comparaison, MySpace, qui était très populaire il y a quelques années, ne figure même pas dans le top 5 des réseaux sociaux qui accueillent le plus de nouveaux membres.

Les nouveaux utilisateurs de Facebook seraient cependant plus fidèles à leur communauté alors que 70% d’entre eux persistent après le premier mois d’utilisation. Seulement 40% des Tweeters ne sont pas tentés de sauter la
clôture; ce qui fait planer quelques doutes sur la longévité possible du petit oiseau bleu.