La technologie repousse les limites et la médecine en profite! Permettant à des gens de marcher à nouveau ou à des athlètes de se remettre à la suite de blessures, les ordinateurs, robots et autres appareils électroniques font désormais partie intégrante des bureaux des médecins, des physiothérapeutes et d’autres membres du personnel soignant. Et ces petits bijoux font des miracles…

Les blessures orthopédiques, qu’elles affectent les genoux, les épaules ou les chevilles, sont des raisons souvent évoquées par les gens qui rendent une petite visite à leur médecin. Le problème est que ces blessures sont difficiles à diagnostiquer sans chirurgie. Les images obtenues à la suite d’un examen effectué aux rayons X ne donnent pas toujours les informations voulues. Même les meilleurs orthopédistes ne sont jamais certains à 100% du diagnostic avant d’ouvrir la blessure pour jeter un coup d’œil¸à l’intérieur…

Scott Banks, un ingénieur mécanique et aérospatial de l’Université de la Floride, a mis au point GatorRay, un robot plus performant que toutes les technologies connues à ce jour qui expose les patients à moins de radiations que les traditionnels rayons X. Le principe est assez simple. Alors que le patient marche, monte des escaliers ou reste tout simplement en position assise, huit caméras capturent les mouvements diffusés par un transmetteur collé sur la partie affectée de l’individu. Ce système est branché à un ordinateur qui enregistre entre 500 et 1000 mouvements par seconde. Le but est d’ajouter des informations sur les mouvements aux images des muscles, des os et des articulations que les médecins ont déjà, mais selon une vue intérieure de tous ces éléments en action, lors d’activités quotidiennes. Ce système aide donc les orthopédistes à poser de meilleurs diagnostics et à assurer de meilleurs traitements. Dans un avenir rapproché, l’ingénieur Scott Banks voudrait bien ajouter un bras à son robot pouvant projeter des rayons X.

Une autre technologie, celle-ci utilisée au Wake Forest University Baptist Medical Center à Salem, est mise de l’avant par le physiothérapeute Michael Way pour traiter les blessures de Willie Byrd, un joueur de football bien connu. Cette fois-ci, le système capture des images 3D des mouvements du patient, sur lequel ont été installés plusieurs senseurs électromagnétiques, qui permettent d’observer, en temps réel, les interactions entre les articulations. En plus de permettre de bons programmes de traitement, cette technologie peut même être utilisée pour prévenir les blessures lors de certains mouvements, par exemple lorsqu’un golfeur effectue ses coups de bâton. Corriger la posture pourrait aussi être une application de ce système.

Un nouveau procédé, baptisé NESS L300, pourrait aider les gens atteints de désordres neurologiques, tels les scléroses multiples, à marcher de nouveau. Quand nous marchons, notre poids est balancé de gauche à droite. Lors de cette démarche, le NESS L300 stimule les muscles paralysés à l’aide de légers chocs électriques, ce qui permet de soulever le pied. Les scientifiques espèrent que cette technologie pourra aider, un jour, les individus qui pensaient ne plus jamais pouvoir marcher.