Vous les avez vus dans des publicités, sur des affiches et en pied de page du dernier livre de Michelle Blanc. Ces mystérieux pictogrammes de forme carrée sont de plus en plus présents. On les appelle codes QR et si vous n’êtes pas dans le clan des propriétaires de téléphones intelligents, vous ne pouvez espérer les déchiffrer. Que sont-ils? À quoi servent-ils?

 Pour la petite histoire, ces codes ont été créés par une firme japonaise ayant le mandat de concevoir un système pour faire le suivi des pièces automobiles dans les usines de Toyota. Concrètement, il s’agit d’un code matrice: un code barre en deux dimensions. Contrairement aux codes barres réguliers qui peuvent symboliser une série de quelques chiffres, le code QR peut stocker une quantité plus importante de données alpha-numériques. Adresses, courriels et numéros de téléphones peuvent être convertis en une matrice de petits carrés noirs. Si vous possédez un téléphone intelligent, vous pouvez gratuitement installer une application qui vous permettra de décoder ces petites énigmes visuelles.
 
Ça fait quoi dans mes pubs?
Qu’est-ce qui se passe quand on décode un de ces mystérieux codes? Vous obtiendrez une petite phrase, un numéro de téléphone ou encore une adresse Web. Rien de plus. Déçus?

 Pourquoi est-ce qu’on les trouve partout? Parce que vous êtes curieux. Parce que contrairement aux affiches racoleuses, les codes QR se font désirer. Pour découvrir leur message, vous devez leur accorder trente secondes d’attention. C’est beaucoup plus que pour la plupart des publicités que vos yeux rencontrent dans une journée.

 La grande question: les outils technologiques sont-ils si répandus qu’on peut lancer des campagnes publicitaires destinées uniquement à leurs propriétaires? Et surtout, pour combien de temps est-ce que ce stratagème sera efficace?