L’entreprise américaine Witricity a conçu un générateur d’ondes électromagnétiques qui, grâce au champ magnétique qu’il génère, peut alimenter des appareils électriques sans devoir brancher de fils.

Jonathan Baronet

@JonathanBaronet

Imaginez par exemple la possibilité de recharger votre téléphone cellulaire par le simple fait de le laisser posé sur une table, ou encore de vous déplacer avec votre ordinateur portable sans qu’il ne se décharge.

On peut comparer le fonctionnement de cette invention à celui d’un WiFi. Il s’agit d’un fonctionnement basé sur la résonance magnétique.

Pour faire fonctionner ce générateur, on fait circuler un courant électrique dans un circuit résonant formé d’une bobine et d’un condensateur à la fréquence de résonance du circuit. Un champ magnétique oscillant sera ainsi produit.

Ce dernier sera concentré au centre de la bobine. Ce champ induira ensuite un courant dans une deuxième bobine par induction électromagnétique.

Jusqu’à maintenant, le champ d’action de cet appareil n’est pas encore très large. On parle d’environ 1 mètre de diamètre. Cependant, les chercheurs travaillent sur un modèle qui sera plus performant.

Cette idée de transfert d’énergie sans fil attire plusieurs marchés, dont celui de la construction, de l’énergie et de l’automobile.

Sachant que le champ magnétique est généré par des bobines, nous ne savons pas si celles-ci consommeront plus d’électricité que ce que nous consommons actuellement avec nos moyens d’alimentations traditionnels.

« Rien ne se perd, rien ne se crée. C’est une loi implacable de la nature. Par contre, si l’induction se fait à distance, une grande partie du champ rayonné sera perdue. L’efficacité d’une telle chose est loin de celle d’un câble électrique branché directement », a affirmé Dominic Grenier, professeur au Département de génie électrique et génie informatique de l’Université Laval.

« Pour produire les 50 à 100 watts nécessaires au fonctionnement d’un petit ordinateur portable, il faudra émettre beaucoup plus que les 50 à 100 watts alors qu’une source WiFi en émet à peine 50 miliwatts soit 2000 fois moins»  , a ajouté M. Grenier.

« Imaginez si on veut alimenter tous les appareils d’une maison. », a-t-il conclu.

 

Le professeur Benoît Gosselin et son équipe du Département de génie électrique et génie informatique de l’Université Laval effectuent des activités de recherche sur ce sujet. Ils utilisent la transmission d’énergie sans fil dans un contexte d’applications biomédicales, dont des systèmes électroniques implantables.

M. Gosselin explique que « Witricity travaille avec le transfert d’énergie sans fil. C’est ce qu’on appelle un transfert en champs proches ou à courte portée. »

Ce que Witricity et l’équipe de M. Gosselin exploitent, c’est un couplage inductif. Ils se servent de bobines; des éléments inductifs qui sont des enroulements de fils.

Dans un téléphone intelligent à charger par exemple, un élément inductif à l’extérieur de l’appareil envoie de l’énergie. Celui-ci est un transmetteur qu’on appelle un primaire. Il y aura aussi dans le téléphone, un autre élément inductif qu’on appelle le secondaire. Lorsque l’on va approcher les éléments inductifs ensemble, le primaire va induire un courant dans le secondaire afin de charger et d’alimenter ce téléphone.

Un consortium a été mis sur pied pour faire une norme qui va régir les appareils de transmission d’énergie sans fil.

« On ne peut pas transférer de l’énergie n’importe comment si on vend un dispositif de charge. Il y a des règles à respecter. Par exemple, transmettre dans les bonnes bandes de fréquences. Le but, c’est de standardiser les équipements de transfert d’énergie » affirme M. Gosselin.

La transmission d’énergie sans fil n’est pas dangereuse lorsque les normes sont respectées.

Selon lui, grâce à cette technologie, on pourrait s’imaginer bientôt des stations-service de voitures électriques qui consisteront simplement à passer nos véhicules sur un élément inductif. Nos voitures seront donc équipées d’un élément inductif récepteur. On se présentera simplement dans une station de transmission d’énergie, et avec notre véhicule, on passera sur un élément. Plus besoin de se connecter, plus besoin de débarquer, et notre automobile se chargera automatiquement par effet inductif.