Morpho, une filiale spécialisée dans la gestion d’identité par solutions électroniques intégrées, participe présentement à mettre sur pied un très vaste système d’identification en Inde. L’objectif du gouvernement indien et de ses partenaires : fournir à tous les Indiens un numéro d’identification unique dont ils pourront se servir dans la vie courante.

Pierre Olivier Forget    

Biométrie - Courtoisie, Flickr, Twistiti, Creative commonsPour ce faire, les résidents indiens devront se soumettre à un test d’identification dit «multibiométrique ». En effet, Morpho, le numéro un dans le domaine des documents biométriques électroniques, fournira un logiciel qui permettra d’identifier un individu à partir de données biométriques telles que ses empreintes digitales, l’iris de son œil et une photographie de son visage. À partir de ces données et des données personnelles qui seront recueillies par l’autorité indienne pour le numéro d’identité unique (UIDAI), chaque Indien se verra attribuer un numéro unique à douze chiffres.

Projet à forte dimension sociopolitique

En Inde, des centaines de millions d’habitants, souvent les plus démunis, sont sans-papiers et n’ont donc pas d’identité formelle. Soulignons que selon la Banque mondiale, 40% des Indiens vivraient sous le seuil de la pauvreté. « Seule une minorité n’a aucun problème pour s’identifier», affirme le directeur général de Morpho en Inde, Joachim Murat. Chaque année, le gouvernement indien tente de verser 50 milliards de dollars aux plus défavorisés, mais à cause des failles de sécurité du système, la majeure partie des fonds est souvent détournée.

En attribuant un numéro d’identification unique à chaque habitant, les problèmes d’identification qui incombent actuellement à l’Inde seront enrayés. Ce numéro servira notamment aux plus démunis. Comme l’indique le directeur général de Morpho, «avec le numéro d’identité, ils vont pouvoir recevoir de l’argent sur un compte, avoir plus facilement accès aux soins et à l’éducation pour leurs enfants. Ce projet est un modèle de développement social unique ». De plus, les Indiens qui n’avaient pas d’identité pourront désormais accéder aux prêts bancaires, à la retraite, aux assurances, et pourront enfin s’assurer que l’argent qui leur est destiné se retrouve réellement dans les bonnes mains. Bref, ce programme permettra l’intégration financière d’un plus grand nombre d’Indiens qu’on aurait pu l’imaginer auparavant.

Projet d’envergure

Évidemment, doter 1.2 milliard d’Indiens d’un numéro d’identification unique ne se fera pas du jour au lendemain. Les coûts de ce projet sont estimés à trois ou quatre milliards de dollars. 250 agences d’enrôlement recueillent présentement les informations des habitants, et ce, même dans les régions les plus reculées de l’Inde. Depuis le début du projet, quelque 200 millions d’Indiens ont déjà été identifiés. L’objectif du gouvernement et de ses partenaires est d’atteindre le milliard d’ici quatre ans.

Comme pour tout projet impliquant un changement sociopolitique, certains observateurs et critiques demeurent réticents. En Inde, quelques résidents craignent que le gouvernement ne s’empare d’un trop grand nombre d’informations personnelles sur les habitants. Un projet de loi définissant les limites de ce système sera donc prochainement évalué en profondeur au parlement.